Médecins sans frontières
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2022

La France, entre accueil des réfugiés et logique de tri

Sous les regards incrédules des observateurs, travailleurs humanitaires et militants associatifs, les autorités françaises sont en train de réaliser ce que nombre d’entre nous tentent d’expliquer depuis longtemps : il est nécessaire et possible d’offrir un accueil responsable à des personnes fuyant des situations de violence. Par Michaël Neuman, directeur d'études à MSF.

Médecins sans frontières
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France souhaite donc « prendre sa part », pour reprendre l’expression de Christophe Castaner, président du groupe La République En Marche à l'Assemblée nationale et ancien ministre de l’Intérieur, en ouvrant ses frontières à plusieurs milliers de réfugiés ukrainiens[1]. Ces derniers jours, ce sont ainsi des mesures demandées par l’ensemble des associations de soutien aux migrants ces dernières années qui sont mises en place, des mesures jugées tantôt impossibles à appliquer, tantôt néfastes par les gouvernements successifs : installation des personnes dans le pays de leur choix, accès facilité à la procédure d’asile, hébergement, droit à l’emploi, garanti par l’activation de la protection temporaire.

Félicitons-nous sans réserve de cet élan de solidarité. Quand on veut, on peut, semblent finalement nous dire d’une seule voix le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et sa ministre déléguée, Marlène Schiappa. Le premier n’a-t-il pas, le 5 mars, fait la leçon aux Britanniques sur leur « réponse totalement inadaptée » et leur « manque d’humanité » en réaction aux réticences du gouvernement de Boris Johnson à accueillir les réfugiés ukrainiens ? La seconde n’a-t-elle pas fait appel aux bonnes volontés en annonçant le lancement, le 8 mars, d’une plate-forme « Je m’engage pour l’Ukraine », pour organiser l'accueil des réfugiés chez les particuliers[2]. Enfin, on ne saurait négliger dans cette galerie de responsables politiques, les opérations de communication de la maire de Calais Natacha Bouchart, notoirement connue pour rendre la vie impossible aux personnes exilées présentes sur le territoire de sa commune et qui s’affichait dès le 1er mars dans sa mairie aux côtés d’Ukrainiens ayant fui la guerre[3].

On pourrait sourire de cette subite adoption par les dirigeants français d’un vocabulaire d’habitude appliqué à ceux-là mêmes qu’ils dénoncent comme étant au pire des « complices des passeurs », au mieux des « bonnes âmes ». Il y a pourtant de l’indécence dans ce sursaut, lorsqu’on sait toute l’hostilité dont ces mêmes dirigeants font preuve depuis si longtemps à l’égard des populations exilées. Interrogeons-nous surtout sur les ressorts et les manifestations de ce revirement, la mesure de « protection temporaire » n’ayant, pour ne prendre que cet exemple, jamais été déclenchée pour les populations déplacées à l’occasion de la guerre en Syrie ou du multi-décennal conflit afghan.

Car le refus de la France d’offrir aux personnes migrantes fuyant leur pays autre chose que le harcèlement policier ou administratif reste criant, notamment à la frontière franco-italienne, dans le Calaisis ou à Paris. En outre, ce changement de pied ne fait pas oublier le modèle des camps-prisons grecs tant vanté par le ministre de l’Intérieur encore récemment, pas davantage que le soutien européen et français aux garde-côtes libyens dont la mission est de refouler des personnes vers un pays où elles sont victimes des crimes les plus graves. Enfin, le « changement de logiciel de la France » sur l’asile, pour reprendre le titre d’un récent éditorial du Monde[4], ne connaît pour le moment qu’une déclinaison limitée. Pour preuve, nos équipes ont observé que pour faire de la place à ces nouveaux arrivants, de jeunes migrants présumés majeurs par les autorités ont été menacés d’expulsion des hébergements qu’ils occupent en région parisienne !

Cette attitude est bien sûr une illustration du soutien très politique de la France à l’Ukraine depuis l’entrée des troupes russes dans le pays. Mais cet accueil bienvenu des populations ukrainiennes pose, par contraste, la question du caractère raciste de la politique migratoire européenne, de sa déclinaison française et du tri qui en résulte. Les images de ces derniers jours témoignant de la difficulté pour les ressortissants africains vivant en Ukraine à fuir le pays et franchir la frontière polonaise en sont l’illustration. La difficulté que rencontre notre association à négocier avec la France l’évacuation vers la France de quelques dizaines de personnes exilées en provenance de Libye, qui y fuient des violences extrêmes, en sont un autre. Alors même que nous parlons ici de personnes dont l’accueil et l’hébergement seraient garantis par Médecins sans frontières et ses partenaires associatifs.

Au nom de quoi un Erythréen ayant fui la conscription forcée dans son pays, entamé un parcours de plusieurs mois ou années dans une précarité très grande, ayant été victimes de tortures et de mauvais traitements serait-il moins « méritant » qu’un citoyen ukrainien fuyant les bombardements russes sur son pays ?

Cette logique de tri sur base ethno-raciale, instaurant une distinction entre bons et mauvais réfugiés, aggrave une opposition devenue traditionnelle entre « migrants », ceux présumés quitter leur pays pour des motifs économiques, et « réfugiés », ceux-là légitimes car victimes de violences et de persécution, et dont on connaît pourtant déjà les limites. En conséquence, nous voyons bien la nécessité de reconsidérer dans son ensemble la politique d’accueil, sous un jour qui ne soit pas seulement plus humaniste mais surtout plus en phase avec la réalité du monde.

 Michaël Neuman, directeur d'études au Crash (Centre de réflexion et d'action sur les savoirs humanitaires - MSF)

[1] https://www.bfmtv.com/politique/guerre-en-ukraine-castaner-assure-que-la-france-prendra-sa-part-dans-l-accueil-des-refugies_AV-202203060123.html

[2] https://www.interieur.gouv.fr/actualites/communiques/situation-en-ukraine/marlene-schiappa-lance-plateforme-je-mengage-pour

[3] https://www.lavoixdunord.fr/1146987/article/2022-03-01/calais-quand-natacha-bouchart-accueille-des-migrants-ukrainiens-en-mairie

[4] https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/03/04/la-guerre-en-ukraine-oblige-l-europe-a-changer-de-logiciel-sur-l-asile_6116131_3232.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis