Blog suivi par 11 abonnés

L'horloger

Attaché principal des administrations parisiennes / Responsable du pôle ressources de la section territoriale de voirie Paris Centre (STVC) / Maître de conférences à Sciences Po / Responsable du pôle "vivre ensemble" du think tank "Le Jour d'Après" (JDA) / Président de l'association La Casa Nostra
Paris - France
  • L’origine comme nouveau critère de redistribution économique et sociale

    Par
    Les distinctions selon l'origine, la race ou la religion sont prohibées par l'article 1er de la Constitution. Pourtant, pour encourager la cohésion sociale et territoriale en France, il est nécessaire de modifier le préambule de la Constitution et d'introduire un principe de diversité socio-culutrelle en vue d'appliquer des quotas en faveur des jeunes issus de l'immigration dans les banlieues.
  • Pourquoi les quotas sont une potion amère à la démocratie...

    Par
    Les quotas ne sont pas la meilleure solution pour remplacer l'anonymat et le tirage au sort en vue de choisir nos dirigeants. Leur brutalité est révolutionnaire. Mais ils permettent de rétablir l'égalité des chances et de transcender, parfois de transmettre, les différences et les croyances.
  • Comment prendre en compte l'origine comme critère de sélection des jeunes de cité ...

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Les politiques de discrimination positive sont diverses et variées. Leur étendue ne s'oppose pas à la mise en place de quotas en fonction de l'origine, malgré le verrou prévu par le préambule de la Constitution du 4 octobre 1958, avec la déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789. Leur étendard provient des Etats-Unis, mais la France doit mettre en place ce type de dispositifs
  • Pourquoi faut-il revoir le modèle républicain …

    Par | 1 commentaire
    La mise en place de quotas en faveur des jeunes issus de l'immigration constitue un premier pas pour lutter contre la "communautarisation" des liens sociaux. Le critère de l'origine est prohibé par l'article 1er de la Constitution, mais l'identité peut être considérée par la gauche et la droite comme une nouvelle norme constitutionnelle acceptable par le corps électoral consulté par référendum...
  • La bavure de trop?

    Par | 24 commentaires | 32 recommandés
    La police et les banlieues, une longue histoire. La police et les jeunes de banlieue en sont une toute autre. Nous venons d’apprendre, non sans émotion, la triste mort de Gaye Camara, tué de huit balles dans le corps, dont une dans la tête, ce jeudi 18 janvier 2018. Une mort qui ne pourrait trouver aucune justification dans notre Etat de droit.
  • L'humanisme aux enchères

    Par | 1 recommandé
  • Comment police et gendarmerie marchent à l'ombre !

    Par | 1 recommandé
    par Romain PEREZ, coordinateur du think tank « Le Jour d’Après » (JDA), Asif ARIF, avocat au barreau de Paris et Mehdi Thomas ALLAL, maître de conférences à Sciences Po
  • Qu'est-ce que la discrimination positive en France aujourd'hui ?

    Par | 2 recommandés
    Après l’élection d’une nouvelle majorité pour diriger le pays, l’ascenseur social – qu’Emanuel Macron avait promis de remettre en marche –, semble toujours bloqué… Or la question urgente qui se pose aujourd’hui dans les pays occidentaux est la remise en marche de cet ascenseur pour les plus pauvres.
  • Sarkozy, toujours derrière le Buisson

    Par | 6 commentaires | 7 recommandés
    Pour Nicolas Sarkozy, tous les moyens sont bons pour calomnier les musulmans et capter l'électorat du Front national. Les auteurs de cette tribune incitent leurs lecteurs à ne pas être dupes, en rappelant que ce jeu dangereux peut conduire à un désastre : les citoyens préférant traditionnellement l'original à la copie, la victoire de l'extrême-droite à la prochaine élection présidentielle !
  • Trop c’est trop ! Le racisme tue !

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Alors que de nombreux chroniqueurs politiques se complaisent désormais dans la dénonciation du malaise identitaire français, il est indéniable que les pouvoirs publics n’en font toujours pas assez ou trop peu pour prévenir les troubles psycho-sociaux provoqués par les racismes et les discriminations subis par de nombreux salarié-e-s, qu’elles ou qu'ils soient issu-e-s du privé ou du public.