Lettre aux vingt ans de Majesté

« La crainte fit les dieux, l'audace a fait les rois. ». Xerxès, 1714, J. de Crébillon

Le Roi Mohammed VI lance les travaux du musée de la culture juive à Fés Le Roi Mohammed VI lance les travaux du musée de la culture juive à Fés
Votre Majesté,

Je voulais vous exprimer ma fierté de vous avoir comme Roi, pendant ces vingt ans beaucoup de choses ont changé, le Maroc avance malgré toutes les imperfections.

Je crois sincèrement que vous faites de votre mieux pour améliorer les choses, à chaque déplacement vous inaugurez des  hôpitaux, des écoles, des centres pour les orphelins et les collégiens. Vous avez la volonté de rendre notre pays meilleur, je sens la sincérité dans vos gestes et je vois la véridicité dans vos yeux. J’aime beaucoup la franchise avec laquelle vous parlez dans vos discours, c’est pourquoi les marocains vous respectent et vous estiment.

Beaucoup de nos concitoyens croient que vous avez une baguette magique et que vous pourriez transformer le Maroc en un claquement de doigt, mais construire un pays nécessite du temps, des citoyens instruits, patriotes et surtout impliqués, qui vont sacrifier leurs vies pour leur pays. c'est comme ça que les grandes nations ont été bâti avec du sang, du labeur, des larmes et de la sueur.

Votre Majesté,

Le Maroc n’est pas un paradis mais ce n’est pas non plus un enfer, les jeunes rencontrent beaucoup d’obstacles pour trouver un emploi, entreprendre, et pour avoir la vie de leurs rêves. Mais aussi, je vois tous les jours des histoires de réussite, des jeunes persévérants qui créent des entreprises, des amis issues de classes sociales pauvres, qui ont étudié et qui ont pu être nommés à des hauts postes de responsabilité. Le tableau n’est pas si noir comme ils veulent le décrire les journaux français, et leurs « bobo » reporters qui parlent au nom des marocains sans avoir y été mandatés.

Oui nous avons besoin d’un système de santé digne de nos concitoyens, une éducation meilleure qui nous permettra de s’ouvrir sur le monde et une justice équitable pour tous. Des chantiers prioritaires qui nécessitent l’implication de chacun de nous .

Je sais qu’être Roi n’est pas toujours facile, lorsque on accepte cette mission, on abandonne sa vie d’homme normal, on ne peut plus s’amuser où somnoler sans sentir le poids de cette responsabilité écrasante sur ses épaules.

On a tendance  à oublier que Les Rois sont aussi des êtres humains qui ont besoin d'aimer, de pleurer, et d’être seuls parfois. Les gens n’imaginent pas qu’un Souverain peut éprouver un chagrin ou souffrir. Les marocains veulent vous voir partout à la tête de l'armée, aux hôpitaux, aux écoles, aux administrations, aux tribunaux pour résoudre tous leurs problèmes, vous êtes leur super-héros

Et après tout n’en déplaise à certains, oui vous êtes notre super-héros, on a besoin de vous pour avoir confiance en l’avenir, on a besoin de votre fermeté pour  révoquer les responsables paresseux et corrompus, on a besoin de vos visites surprises pour voir les chantiers avancer, vous êtes notre lueur d’espoir,  la lumière qui défie l’obscurantisme qui nous encercle.

Vous êtes le Roi réformateur qui a permis à la femme marocaine de s’émanciper à travers un nouveau code de de la famille et qui a été toujours un garant de la protection des minorités et des libertés individuelles.

Vous êtes un Roi visionnaire qui a lancé des chantiers titanesques d’énergie, d’infrastructures routières, de plateformes logistiques pour rendre notre pays une puissance économique et politique dans la région MENA.

Vous êtes le Souverain qui a réussi à réconcilier le Maroc avec son passé et qui a rendu à notre pays sa place en Afrique

Je veux vous dire merci, car nous avons tous besoin d’un remerciement, d’un sourire, d’un geste de reconnaissance pour nous motiver et pour pouvoir continuer avec la même obstination, patience et longanimité.

Merci Votre Majesté et joyeuse fête du trône.

--

Mourad El Ajouti

 Avocat au Barreau de Casablanca

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.