Maroc. Le gouvernement lâche la communication

minsitres
Le remaniement gouvernemental tant attendu par les Marocains est enfin effectif. Le chef du gouvernement a dû revoir sa copie à plusieurs reprises, pour enfin présenter la bonne qui correspond aux exigences du roi Mohammed VI qui a insisté pour qu’il y ait de nouvelles compétences dans une équipe soudée et déterminée à relever les défis auxquels le Maroc fait face.

C’est chose fait et grande nouveauté que les Marocains ont relevée en premier, il n’y a plus de ministère de la Communication. C’est un changement de grande importance, voulu aussi par le roi qui veut ainsi poursuivre le processus démocratique du pays. 

Le gouvernement a toujours pris sous sa tutelle, la communication, ce qui était anachronique par rapport à l’évolution du Maroc. Le roi était d’ailleurs en parfaite harmonie avec les revendications des professionnels des médias et des militants des droits de l’homme qui considéraient qu’un tel ministère n’avait plus sa place depuis 2011, date à laquelle le Maroc avait adopté une nouvelle constitution.

Depuis, il y a eu la création du Conseil national de la presse avec une gouvernance démocratique et la Haute autorité de la Communication audiovisuelle. Un ministère n’avait donc aucune raison d’être et portait, par son existence même, un préjudice au processus démocratique.

Le remaniement a apporté aussi d’autres nouveautés, quelques nouveaux visages et des permutations. Néanmoins, les postes les plus importants, stratégiques comme les Finances ; les Affaires étrangères ; l’Agriculture ; la pêche, le monde rural, l’eau eaux et les forêts; l’Education nationale ; l’Industrie, le Commerce, l’économie numérique (on lui a ajouté l’économie verte) ; l’Equipement, le transport, la logistique et l’eau ; l’énergie, les mines et l’environnement ont gardé leurs titulaires.

Nouveauté aussi, désormais, la culture a été ajoutée au ministère de la jeunesse et des sports. Enfin, le nouveau gouvernement comprend de nouvelles compétences en dehors des partis politiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.