Golfe d’Oman. Nouvelles attaques contre des pétroliers

oman
La cinquième Flotte américaine a dit avoir reçu des «appels de détresse», le 13 juin, émanant de deux pétroliers dans le Golfe d'Oman qui auraient été la cible d'une attaque. «Nous sommes au courant d'une attaque signalée contre des pétroliers dans le Golfe d'Oman. Des Forces Navales américaines dans la région ont reçu deux appels de détresse distincts » a signalé la flotte basée à Bahreïn.

Les faits. Deux pétroliers ont été attaqués ce même jour par des torpilles au large des Emirats arabes unis dans le golfe d'Oman. Selon l'agence Reuters qui cite TradeWinds (service mondial d’informations sur les transports maritimes), les deux navires ont été évacués et leurs équipages mis en sécurité. La même source précise qu’ils s’agit des pétroliers Front Altair des îles Marshall et Kokuka Courageous qui bat pavillon panaméen. Selon une déclaration des autorités maritimes d'Oslo, citées par RT France, le Front Altair, pétrolier de 110.000 tonnes, propriété du groupe norvégien Frontline, a été «attaqué» au moyen de trois explosions constatées à bord.

La compagnie BSM Ship Management de Singapour a également fait savoir qu'un de ses navires, le Kokuka Courageous, avait été la cible d'un «incident de sécurité» et que les 21 membres d'équipage avaient abandonné le bateau.

Le brent, référence européenne, a gagné jusqu'à 4,45 % à 62,64 dollars tandis que le WTI américain a pris jusqu'à 3,85 % à 53,11 dollars, selon les Echos.

Le 12 mai (deux saoudiens, un émirati et un norvégien) dont trois pétroliers, avaient été la cible d’actes de sabotage que l’Atabie saoudite a attribués à l’Iran. Le conseiller à la sécurité de la Maison Blanche, John Bolton, avait déclaré alors que les actes de sabotage « sont dus à des mines iraniennes ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.