La face pas très cachée d'un livre

Le Moyen Orient est en ébullition depuis pas mal de temps. Des rivalités défrayent la chronique et une véritable course médiatique fait rage dans un environnement très électrique. Le livre "la face cachée des Emirats arabes unis, est à peine sorti qu'il fait réagir. Dès son introduction, il intrigue par son véritable dessein.

Mohamed Ben Zayed, Michel Taube, Tamim ben Hamad Mohamed Ben Zayed, Michel Taube, Tamim ben Hamad
« La face cachée des Emirats arabes unis » est un livre publié par Michel Taube dans le but de révéler au monde ce que l’Emirat cache. L’auteur s’est aperçu qu’il fallait « combler un vide d’information et d’analyse en français",  alors que, avance-t-il, si « la littérature abonde sur des pays à la réputation parfois sulfureuse, les Émirats arabes unis sont presque totalement ignorés » comme par enchantement ironise-t-il.

Le livre est un véritable réquisitoire contre les Emirats, avec de très lourdes charges. Pourtant, en le lisant, pas de preuves ni de faits réels qui pourraient corroborer les accusations de l’auteur. Un ensemble de sentiments, de déductions, de reprises d’informations qui circulent ici et là et dont l’origine demeure inconnue. Les sources fantômes est un procédé usé jusqu’à la corde. 

Evidemment, quand on a un livre aussi chargé on a envie d’en savoir un peu plus sur l’auteur ou du moins sur son travail de journaliste qui dirige, en plus, un site d’information. Michel Taube est le fondateur de www.opinion-internationale.com, qui se dit média des libertés et des décideurs engagés. Il est aussi le Président de la société éditrice, Citizens Média SAS et chroniqueur régulier dans les médias (BFMTV, Sud Radio…). Rien d’inquiétant donc. Néanmoins, étant donné la situation chaotique qui prévaut au Moyen Orient et dans la région du Golfe, on est tout de même intéressé de comprendre pourquoi un tel livre, en ce moment précis. Qu’est ce qui le justifie? 

Un survol du site, nous conduit à un reportage sur le Qatar que le même Michel Taube a qualifié de « terre d’Islam qui accepte les Chrétiens ». Une enquête dit-il dans un émirat contesté au coeur d’une communauté chrétienne expatriée et fervente rassemblée pour la célébration de Noël ». Pour nous Françaises et Française, qui n’avons jamais célébré Noël dans un pays musulman, il est intéressant qu’on puisse quand même le faire au Qatar, où la Charîa, la loi islamique est appliquée sans concession. Mais de quels expatriés parle le reportage? Au Qatar, les non musulmans sont en majorité les pauvres travailleurs manuels qui travaillent, sous un régime qui ne leur laisse aucun choix. Ils sont des milliers à travailler « comme des esclaves » dans les chantiers immenses de la Coupe du monde de 2022. Plusieurs d’entre eux sont morts d’ailleurs et les organisations internationales n’ont cessé d’alerter sur cette situation où les droits humains les plus élémentaires sont bafoués. Entre 2012 et 2018, le Guardian recensait 2700 morts dans une enquête qu’il avait entreprise en octobre 2018. 

https://www.amnesty.ch/fr/contacts/media/opinions/docs/2019/ni-salaire-ni-justice-pour-les-travailleurs

A ce titre, il faut sans doute rappeler la position du député Génération. s Régis Juanico et le maire de Bourg-en-Bresse Jean-François Debat (PS) appelant les joueurs de l’équipe de France football à ne "pas aller" au Mondial-2022 dans l’émirat. Ils ont dénoncé « la corruption » et « la cupidité » autour de l’attribution du Mondial ainsi que le « quasi esclavage des travailleurs migrants le gaspillage écologique provoqué par les salades climatisés ».

La défense du Qatar, avec tout un reportage sur place, n’est pas en soi condamnable, plusieurs médias peuvent trouver intéressant d’accorder leurs colonnes ou leurs écrans à une telle entreprise. Seulement, dans le contexte du Moyen orient, ça suscite quelques interrogations tout aussi légitimes que le travail lui-même. D’ailleurs, sur le site même de Michel Taube, un des chroniqueurs, et pas des moindres, a répondu au livre via une contribution parue le 22 novembre. Dominique Trinquand, Général deux étoiles et ancien conseiller du président Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle a critiqué ouvertement le livre et développé l’idée que les Emirats prônent la modération et la tolérance, dans un contexte où « l’Iran est en crise, le Yémen en feu, l’Arabie Saoudite doute de son allié américain ».

https://www.opinion-internationale.com/2019/11/22/dans-le-golfe-il-faut-que-tout-bouge-pour-que-rien-ne-change-la-chronique-de-dominique-trinquand_68369.html

L’auteur explique que l’effet majeur pour Abu Dhabi et les autres émirats de la fédération « est que le développement économique et la transformation pour passer d’une rente pétrolière à des investissements diversifiés ne soient pas menacés par une guerre ». C’est dans ce sens qu’on comprend pourquoi, depuis le mois de juillet les Emirats ont retiré une partie de leurs forces du Yemen et sont passés d’une «stratégie militaire prioritaire à une stratégie de paix prioritaire ». Le souci de la paix a conduit également les gardes côtes émiratis à rencontrer leurs homologues iraniens pour parler coopération maritime. Par ailleurs, ajoute Dominique Trinquand, « malgré l’antagonisme entre le Qatar et les Emirats, ceux-ci participent à la coupe de football du Golfe.

« Les Emirats ont compris que la paix et la stabilité sont les moteurs de leur transformation et que leurs sociétés ont besoin de cette ouverture pour progresser », souligne le chroniqueur qui rappelle la visite du Pape en février où une messe a accueilli 135.000 fidèles chrétiens mais aussi 4 000 musulmans. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.