Algérie Covid-19. Les drames cachés des séquestrés de Tindouf

La pandémie du Coronavirus est un drame planétaire mais pour certaines populations le drame est double. Dans le désert algérien où le groupe séparatiste Polisario retient des Sahraouis, on ne prend pas la mesure du danger.

Une des chambres où sont confinés, ou emprisonnés, les Sahraouis Une des chambres où sont confinés, ou emprisonnés, les Sahraouis
L’ampleur de la crise de la pandémie du Covid-19 a révélé que l’humanité ne peut combattre ce mal sans la solidarité de ses membres. Les mesures de prévention prises par un pays sont bénéfiques pour tous les autres et chaque faiblesse pourrait avoir des conséquences sérieuses sur tout le monde.

Au moment où les appels à la solidarité se font entendre partout sur la planète, certains gouvernements semblent ne pas prendre la mesure du danger en méprisant le droit de groupes de personnes à la protection contre le virus.

Un exemple frappant vient de l’Algérie où le gouvernement ainsi que des responsables du front Polisario ont bloqué des Sahraouis à la frontière avec la Mauritanie à cause de la pandémie du corona virus. Les gens ainsi empêchés de rejoindre les camps de Tindouf en Algérie se sont débrouillés comme ils pouvaient. Une fois arrivés, leur déception était grande lorsqu’on les a obligés à un confinement dans des chambres d’isolement dont l’état est catastrophique et ne permet pas de prendre les mesures de protection nécessaires.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.