Merliche
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juil. 2022

Merliche
Abonné·e de Mediapart

Du Vin Naturel en Canette... Ha bon ?

Le vin nature fait débat, crispe les passions depuis maintenant plusieurs années. Aujourd'hui, il a encore trouvé le moyen de faire parler de lui. La société Canetta, propose depuis quelques mois du vin nature en canette, ressassant de veilles querelles dans le milieu du pinard sans cochonnerie.

Merliche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si le vin en canette est consommé depuis plus d'une dizaine d'années (surtout aux États-Unis), en France, l'idée de proposer du vin naturel dans ce contenant est plutôt récente. En 2021, c'est Jean-Pierre Robinot qui fût le premier à se lancer dans ce nouveau marché, proposant un vin naturel rouge et blanc en canette de 25cl pour 8€. Personne n'aurait été surpris d'apprendre que la démarche provienne d'un grand groupe opportuniste, mais ce qui a déconcerté, c'est que Jean-Pierre est connu et respecté dans le monde sans sulfite. Membre de l’AVN (Association des vins naturels) depuis sa création, le vigneron a aussi cofondé l’association des vins S.A.I.N.S. (sans aucun intrant ni sulfites ajoutés). Un beau CV d'érudit.

Vin nature et canette en aluminium, est-ce compatible ?

Destiné à être consommé dans l'année, il est évident que ce n'est pas un vin que l'on fera vieillir dans sa cave pour les 18 piges de son gosse. Mais pourquoi pas s'acheter une petite canette de pinard sans sulfite pour un pique-nique ou un apéro improvisé à l'extérieur ?

Outre les débats sans fin et sans réponse sur les différentes visions du vin naturel, la seule question gênante qui mérite d'être posée, est celle de la santé. Les vignerons natures se pavanent de cultiver des raisins bio ou biodynamiques, sans aucun produit chimique de synthèse, puis de les vinifier sans aucun intrants œnologiques (sauf une dose minime de dioxyde de soufre selon les paroisses). À en croire certains, ce serait presque un médicament... Mais est-ce qu'une canette en aluminium ne flingue pas toute cette démarche ?

On sait, depuis les 1960, que les produits en canette contiennent du BPA (Bisphénol A). Un produit chimique qui empêche les aliments de réagir à l'aluminium, mais qui provoque des déréglages hormonaux, des troubles de la reproduction, des maladies cardiaques, un développement cérébral irrégulier et aussi le cancer. La question est de savoir, si les canettes en contiennent assez pour être nocives. Mais pour le savoir, vous n'êtes peut-être pas prêt à risquer votre santé pour un pack de six.

Mais ne soyons pas trop démago... La plupart des acteurs de l'industrie du vin en canette insistent sur le fait que leurs produits sont sans risque, car ils utilisent une couche sans BPA pour protéger le vin du contact de l'aluminium. Sauf que quand la température est élevée (comme un pique-nique en été par exemple), on est moins sûr de l'efficacité de cette fameuse couche protectrice... Mais les études scientifiques sont encore trop jeunes sur le sujet. On attend donc les certitudes... !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier