Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

191 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 sept. 2018

Homophobie : nous comptons nos morts, La Croix compte ses sous

Sous la plume du directeur de la direction, La Croix assume avoir relayé la propagande de la Manif pour tous pour en encaisser l'argent, et traite des mensonges homophobes aux conséquences délétères comme une publicité comme une autre.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Croix a relayé une publicité pour la Manif pour tous auprès de certain-es abonné-es. Après les critiques, le magazine s'en explique. « Il s'agissait bien d'une publicité commerciale qui n'a donné lieu à aucun partenariat ou échange de fichiers », écrit Guillaume Goubert à son lectorat. « Nous ne privilégions aucun annonceur. Toute demande est examinée. » ajoute-t-il avant de conclure que cette publicité de la Manif pour tous n'a absolument rien à voir avec la ligne rédactionnelle de La Croix sur ces sujets.

© thyhee


En axant sa mise au point sur l'indépendance éditoriale de la rédaction, le directeur de publication ne répond qu'à une infime partie du problème posé par la publicité qu'elle a vendue à l'organisation homophobe et sexiste La Manif pour tous. Le problème fondamental est bien celui de considérer les mensonges homophobes de la Manif pour tous comme un discours publicitaire « normal ».

Guillaume Goubert écrit bien que toute demande de publicité est « examinée ». Cela veut dire que certaines sont refusées.

La Croix ne mettrait pas dans ses enveloppes des tracts d'une organisation antisémite ou raciste. Pourquoi accepte-t-elle des tracts d'une organisation homophobe et sexiste ? Parce que la vie des homos et des femmes ne valent pas une recette publicitaire ?

La Croix refuserait des publicités pour des ouvrages créationnistes. Pourquoi relaie-t-elle les mensonges obscurantistes de la Manif pour tous sur les familles homoparentales et la PMA ?

La Croix s'opposerait à faire de la publicité pour des personnes ou des organisations voulant explicitement du mal à une partie de la population. Pourquoi relaie-t-elle la prose d'une association qui fait censurer une campagne de prévention contre le VIH auprès des gays ? Parce que le sida a tué tellement de pédé et de trans, qu'un peu plus ou un peu moins ne devraient pas empêcher d'équilibrer un budget ?

On le voit, l'indépendance de la rédaction n'est pas le problème. C'est précisément parce que la rédaction de La Croix fait un travail de qualité que Guillaume Goubert sait que l'homophobie nous tue et nous blesse, comme je l'ai rappelé dans un précédent billet : surtaux de suicides, agressions, sida, etc. C'est précisément pour cela qu'il devrait mesurer l'indécence de sa mise au point.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social