Trains du Lot et de Dordogne: respectez l'arrêt

Respectez l'arrêt public. C'est ce que demandent depuis 72 semaines les habitants du Lot et de la Dordogne sur les quais des gares de Gourdon et Souillac. Cette injonction est adressée par des centaines de manifestants à la SNCF et à l'état qui depuis le 9 décembre 2007 ont supprimés 15 arrêts hebdomadaires sur la grande ligne Paris Toulouse en gares de Souillac, Gourdon, Caussade, Montauban.

Respectez l'arrêt public. C'est ce que demandent depuis 72 semaines les habitants du Lot et de la Dordogne sur les quais des gares de Gourdon et Souillac. Cette injonction est adressée par des centaines de manifestants à la SNCF et à l'état qui depuis le 9 décembre 2007 ont supprimés 15 arrêts hebdomadaires sur la grande ligne Paris Toulouse en gares de Souillac, Gourdon, Caussade, Montauban.

Pourquoi ces manifestants envahissent-ils deux fois par semaine les quais et vont par nécessite, sur les voies ? Certainement pas par goût du risque ou du défi mais tout simplement pour réparer une injustice faite à toute une région par une entreprise qui vocation à assurer un service public.

Cette population a décidé de répondre concrètement en rétablissant les arrêts de deux minutes qui avait cours avant le 09 décembre en permettant au voyageurs de monter ou descendre de leur train, les installant ainsi dans leur statut d'usager.

Ce mouvement citoyen durable est fondé sur une envie de prendre part dès à présent à la destinée économique culturelle et sociale de toute une région.

Ce mouvement populaire embrassant un large éventail d'opinion est structuré au sein d'une association « Tous Ensemble Pour Les Gares » qui peut se glorifier d'avoir à ce jour récupéré cinq arrêts.

La SNCF et l 'Etat dans leur maladresse, leur entêtement à vouloir nier l 'existence d'une forme de révolte ont créer les conditions d'un rapprochement salutaire entre élus et population. L'investissement pendant plusieurs mois d'un grand nombre d'élus du Lot et de la Dordogne, d'élus régionaux, et nationaux appelant à manifester tour à tour sous la bannière les Elus Locaux Motivent à soudé la population et apporté une légitimité aux mouvement.

La SNCF refusant de négocier avec une association qui a choisi la non violence n'a plus le choix ; Elle porte plainte contre 11 personnes dont 5 élus, pour entrave à la circulation, en exhumant un texte vieux de 1845. Le Président Merzouk SIDER et le Vice-Président Jean Michel Vignot comparaîtront devant le tribunal de Cahors le 15 Janvier 2009 à 8h30.

Les Elus Locaux Motivent pour faire respecter l'Arrêt Public, la SNCF répond Sévices Publics.

 

Merzouk Sider

 

La pétition est signable ici:

http://www.bataildurail.com/petition/plugins/petition/petition.php?lng=fr&task=view&id=950

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.