Montpellier: Cellou Diallo sera bien expulsé

Cellou est un visage bien connu dans le secteur du numérique à Montpellier. Après s’être impliqué dans la cartographie en soutenant le projet libre Open Street Map, il a également lancé une série de rencontres autour du framework Symfony.

Cellou Diallo lors d'un Meetup Symfony à Montpellier © Thomas Gasc Cellou Diallo lors d'un Meetup Symfony à Montpellier © Thomas Gasc

C’est après avoir fuit l’épidémie d’Ebola en Guinée que Cellou est arrivé en France. Cependant la préfecture n’a pas souhaité valider sa demande d’asile malgré la forte mobilisation en sa faveur.

C’est avec tristesse que j’ai reçu la nouvelle aujourd’hui. À la demande du préfet de l’Hérault il n’a pas pu recevoir de permis de séjour. Aujourd’hui Cellou jette l’éponge et se prépare à quitter l’hexagone.

En mai dernier, Cellou avait déjà été placé en détention au centre de rétention administrative de Sète, à la suite d'un contrôle d'identité devant la CPAM. À l’époque déjà, la communauté des travailleurs du numérique s’était mobilisée pour lui apporter son soutien. 

Dans un courrier au préfet, Philipe Saurel (maire de Montpellier) avait alors reconnu l’implication de Cellou dans le secteur du numérique.

Entre temps, Cellou a pu trouver une entreprise qui s’était engagée à l’embaucher en CDI, mais tout cela n’a pas suffit pour convaincre la préfecture de lui accorder un titre de séjour. 

Aujourd’hui Cellou m’a indiqué ne pas vouloir tenter un énième recours devant le tribunal administratif sans aucune certitude de succès. Ayant jeté l’éponge sur son projet français, Cellou quittera l’Occitanie pour le Sénégal où il espère surement y voir son énergie reconnue.

A l’heure où les entreprises du numérique manquent cruellement de développeurs comme Cellou, Montpellier perd un talent. Des compétences rares, une douceur et une patience qui auraient pu faire de Cellou un élément clé pour l’une des nombreuses startups de la région.

Démo de Symfony pour les débutants par Cellou Diallo © Thomas Gasc

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.