Hamon, Jadot, Mélenchon ? lequel est le plus légitime pour rassembler la gauche ?

Depuis la désignation de Hamon comme candidat PS on voit se multiplier les inititatives pour réclamer une alliance entre Hamon Mélenchon et Jadot, avec chaque fois cette idée qui s'imposerait d'elle-même, comme une évidence : Hamon est le plus légitime pour conduire cette alliance. Une évidence qui mérite peut-être d'être questionnée non ?

Hamon évidemment !?

Quand vous cherchez à discuter cette évidence différents arguments vous ont présentés :

1/ les sondages donnent Hamon devant Mélenchon et Jadot n'est de ce point de vue pas dans la course. Il faudrait donc s'appuyer sur des sondages alors que d'une part ils sont flottants,et que d'autres part ils ont montré , pour la désignation de Hamon lui-même, qu'ils étaient "menteurs". Hamon était donné bon troisième, au mieux, pour la primaire du PS : il finit en tête ! L'argument des sondages, sans parler des manipulations dont ils sont l'objet, me semble vraiment fallacieux, surtout présenté par les soutiens de Hamon !

2/ Hamon est le ciment pour un large rassemblement, le PS est central , et puis, nous dit-on, la gauche gagne avec le PS et ne peut gagner qu'avec le PS. Voilà qui invite à parler du PS et de la réalité qu'il est en 2017.

Le PS de 2017 

Hamon se voudrait le ciment pour lier :

- ceux qui trouvent Macron plus intéressant comme allié que Mélenchon (Le Foll a bien représenté ces "socialistes" lors de son récent interview à France Inter,) avec Valls, El Khomri, Cazeneuve, Le Roux , tous fiers de la loi Travail , du CICE et du quinquennat de Hollande en général,

- en ajoutant ceux qui chez EELV privilègient l'obtention d'une siège de député à la clarté d'un programme politique,

- tout en faisant mine de croire qu'il peut encore voir se rallier le mouvement de la France insoumise, mouvement qui justement se fonde sur une alternative à cette droite du PS que Hamon ne veut pas fâcher ni lâcher.

Pour réaliser cette alliance il faudrait enfumer les uns et les autres, et ne pouvant s'appuyer sur un impossible programme sérieux qui plairait à Valls, El Khomri, Cazeneuve, Jadot  et Mélenchon..

Valls l'avait théorisé : entre "sa gôche" et celle de Hamon c'est inconciliable. Valls ne dit pas que des bêtises ! Le PS est une planche pourrie largement sciée en deux, voire en trois, entre ceux qui suivraient bien Hamon, ceux qui préfèrent miser sur le ventre mou, et ceux qui pensent que l'avenir c'est Macron ou Valls, mais beaucoup hésitent encore pour choisir le meilleur cheval leur permettant de poursuivre leur carrière politique !

Hamon  brandit comme bannière l'épouvantail de Le pen, faute d'avoir cette année comme en 2012, l'objectif fédérateur de virer le Président sortant !  Qu'en est-il  en 2017 ? Certes tout le monde se défile devant Holande de peur de recevoir le baiser qui tue, personne ne tend la joue ! Comment fédérer en 2017 ceux qui veulent virer la politique de Hollande et de ses ministres, et ....ses ministres ? Le PS en est arrivé à vouloir incarner à lui seul une politique et l'opposition à cette politique : comme tentation totalitaire, il n' y a pas mieux ! Tenez il est pas contre le CETA à Paris où il s'abstient lors d'un vote à l'Assemblée sur le sujet, et où son vote pouvait changer la donne, et puis à Strasbourg il vote contre le CETA, mais sachant que cette fois son vote ne risque pas de changer la donne. Par cette entouroupe il laisse passer le CETA ! Ses amis sociaux- libéraux européens ont fait le travail. Pour illustrer la duplicite et  l'hypocrisie existe-t-il meilleur exemple ?

Hamon tergiverse et se dégonfle ...

 Hamon tente de rester en équilibre entre des positions diamétralement opposées, comme abroger la Loi El Khomri ou pas, et ne pourra plus très longtemps camoufler que, si lui prétend être pour l’abrogation, la majorité de ces soutiens présents et surtout futurs au PS sont contre. Mais l’électorat est (sur la loi travail comme tant d’autres points, cf l'exemple du CETA) beaucoup plus clair et déterminé que Hamon, la grande majorité de l’électorat de gauche sait ce qu’elle veut : tourner la page Hollande et tenter de construire autre chose tout autrement en commençant par défaire ce que Hollande à fait de pire, avec Valls, Macron et compagnie.

Faire de la politique autrement c'est à dire en finir avec les ambivalences internes qui conduisent soit à l'imobilisme, soit à la duperie caractérisée, ce qui finit par dégoûter les gens et malheureusement en conduisent beaucoup dans les bras de la famille Le Pen ! Pour éviter Le Pen il faut aussi commencer par être clair et éviter les carambouilles 

La dynamique de la France Insoumise a parmi ses principaux moteurs, cette détermination à s’inscrire dans une politique qui tourne le dos à celle du quinquennat Hollande, tant sur le fond que sur la forme. C’est d’ailleurs grâce à cette dynamique que Hamon a pu terrasser Valls à la primaire du PS, et si après sa désignation certains ont pu espérer le voir s’imposer sur l’appareil du PS, il sont jour après jour contraints de constater qu’il n’en est rien,c’est tout le contraire qui se déroule sous leur yeux dépités : Hamon rentre dans le rang, et son ambition se réduit désormais à ce qu’elle a toujours été, devenir chef incontestable d’un courant devenu majoritaire au PS pour en prendre la direction et ainsi devenir le candidat incontournable du PS pour un prochaine l’élection présidentielle …. 2022 au mieux par exemple. Il se trouve que beaucoup d’électeurs n’ont pas envie d’attendre ces échéances hypothétiques là, et comment ne pas leur donner raison ?

Tandis que la dynamique de la France Insoumise se conforte

Pour en rester aux éléments objectifs, si l’on prend comme indicateur le nombre croissant de signataires qui soutiennent la candidature de Jean-Luc Mélenchon sur JLM2017, on s’aperçoit que cette croissance n’a pas du tout était affectée par la primaire du PS, et notamment par la désignation de Hamon, tout au contraire. Il en va de même pour l’audience de Mélenchon sur les réseaux sociaux qui a continué à croître. Si l’on se réfère au pronostics faits à partir des audiences comparées des différents candidats, Mélenchon dépasserait 18 % quand Hamon n’atteindrait pas 10 % des intentions de votes. (http://www.entreprendre.fr/hamon-melenchon et aussi ; http://www.agoravox.fr/…/sondage-redresse-melenchon-fait-18…)

Des résultats que l’affluence aux meetings de Mélenchon conforte plutôt, et que la présence et l’accueil de la France Insoumise dans les quartiers confirme également .

Pour l’heure la dynamique est bien là,  toujours là.

Alors qui est le plus légitime ?

C’est la question posée par la plupart de ceux qui signent parfois des pétitions pour que Hamon, Mélenchon et Jadot fassent une alliance. La réponse est pourtant assez simple et peut se résumer ainsi :

Le plus légitime a représenter la gauche est celui qui est le plus clair et qui n'a pas de fil à la patte qui le retient à une politique dont ne veulent plus ceux qui ont désigné à la primaire socialiste Hamon, lequel en refusant de couper les ficèles qui le lient avec El Khomti, Valls, Cazeneuve, Cambadélis, Le Roux, Hollande et bien d'autres encore, n'est plus légitime du tout ! Il a déjà trahi ceux qui l'ont désignés à la primaire socialiste, il trahira de même tous ceux qui refuseront de voir la réalité de sa posture, tous ceux qui, parce qu'on brandit une fois encore l’épouvantail le Le Pen, sont priés de croire aux boniments de Hamon comme ils avaient été prié de croire au discours du Bourget de Hollande! Le PS veut répéter l'histoire, oubliant qu'en 2012 pour aveugler les gens il y avait le repoussoir du Président sortant, Sarkosy, tandis qu'en 2017 le sortant "repoussoir" est socialiste, s’appelle Hollande et que ce n’est pas en restant alliés avec ses ministres qu’on peut espérer faire oublier sa politique, tout au contraire : voilà qui permet d'ouvrir les yeux.

La duperie de 2012 ne se reproduira pas en 2017 ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.