Tribunal de Grenoble : Center Parcs de Roybon (Chambarans) : les zadistes avaient raison

Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu aujourd'hui l'un des deux arrêtés du préfet de l'Isère qui autorisait les travaux de défrichement pour lancer ensuite le chantier contesté d'un futur Center Parcs (Pierre et Vacances) à Roybon (Isère).

 Les zadistes étaient donc bien fondés de contester le défrichement en vue de la création de ce Center Parcs.

Et les "zélus" qui revendiquaient le contraire, assimilant les zadistes à des terroristes en seront pour leur faire de plates excuses et devront, en tant qu'élus chargés de l'intérêt général, leur décerner une médaille pour civisme tout en s'attribuant le bonnet d'âne : ils étaient pourtant avertis, et bien avertis.

Quant à Monsieur le Préfet il va sans doute faire amende honorable et se décerner un blâme pour zèle excessif dans la protection des intérêts privés au mépris de l'intérêt général.

Ceci dit, comptons sur l'entêtement des "zélus" au nom de promoteurs / prédateurs pour revenir à la charge.

Le dossier très constestable sur le plan écologique l'est aussi sur le plan purement économiqueet ceci même sans tenir compte des coûts écologiques induits. L'objet de ce projet est de bâtir pour bâtir, empocher de la subvention, ceux qui construirons vont gagner de l'argent, c'est ensuite que les choses se gâteront, quand il faudra assurer le fonctionnement de ce complexe touristique complètement artificiel. On verra de nouveau le pouvoirs publics sollicités pour boucher les trous et assumer des déficits d'exploitation pour ... sauver quelques emplois.

Ce répit que la justice accorde à tous, que chacun le mette à profit pour revoir sa position.

Aux élus du département de l'Isère qui écrivent dans leur magazine (*),sans hésiter, qu'il y aura une forte proportion d'emplois CDI à l'année, fiers d'ajouter que c'est rare dans le secteur du tourisme généralement frappé de saisonnalité, je leur demande de bien vouloir expliquer comment les Chambarans échapperont à la morte saison, concurrencé par les stations d'hiver elles même menacées et qui vont de plus en plus se battre avec leurs gros moyens (le département étant d'ailleurs déjà sollicité pour les aider), et les stations balnéaires qui ont d'autres atouts que les Chambarans et sont tout à fait capables d'offrir des bains tropicaux à moindre frais : quand il fait 15 de grès dehors c'est plus facile de maintenir la bulle à 29 degrés que quant il fait 5 degrés, c'est deux fois moins coûteux ! Si vous voulez parler économie, messieurs les élus, parlons-en !

Messieurs les élus, acceptez des débats publics sur le sujet.

Et parlons aussi écologie, développement durable. si vous tenez à un CenterParcs, pourquoi ne pas chercher une zone où son impact écologique soit moindre, aussi bien à court ou moyen terme, en ayant à l'esprit qu'il ne sera peut-être pas éternel et qu'il faudra peut-être envisager que ce centre de vacance redevienne une friche ?

Aux habitants de Roybon et particulièrement à son pharmacien je demande de regarder la réalité en face : d'après vous il y aura t-il un commerce de parapharmacie au sein du Center Parcs ? Croyez-vous que les clients de Center Parcs vont venir chercher chez vous, monsieur le pharmaciens ces produits de parapharmacie destinés aux touristes ? Qui a réussi à vous faire avaler cette fable ? Et l'épicier et le boulanger de Roybon peuvent se poser la même question.

Je vous invite tous à méditer quelques exemples de complexes touristiques dont les promoteurs disaient le plus grand bien à des "zélus" et à des habitants naïfs, si vous ne l'avez fait relisez ce billet :

Lettre ouverte d'un ami aux habitants de Roybon et à leur Maire

 

(*) Isère Magazine organe de propagande (il n'ya pas d'autres mots possible) du Conseil Général de l'Isère,  financé néanmoins par les contribuables : à lire pour se rendre compte de ce que peut-être le bourage de crane ... on y  lira que non décidément faux, c'est faux qu'il n'y a pas le moindre problème pour la gestion de l'eau notamment... et pourtant le tribunal leur dit que c'est eux qui ont tort. Le tribunal devrait les condamner, comme tout organe de presse ayant donné de fausses informations, à publier sur ce point le jugement. En tout état de cause j'espère, que par souci de démocratie, Isère Magazine donnera la parole aux zadistes dans son prochain numéro !

NB sur le Center Parcs de Roybon, si vous voulez lire de la presse sérieuse, qui sait le faire avec humour et, ce qui ne gâte rien, avec un vrai professionnalisme, ne ratez pas le dernier numéro du Postillon Evidemment évitez d'en rester au Dauphiné Libéré, ça va sans dire !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.