Affaire Guissé : que faut-il faire pour être français en Sarkozie ?

Etre français, c’est simple me direz-vous. Il suffit d’avoir un père ou une mère qui a la nationalité française ! Eh bien non ! Ah bon ! Mais si en plus vous êtes soldat dans l’armée française, avez combattu au Tchad et en Afghanistan au sein de cette même armée française ? Eh bien non, du moins pas dans ce beau pays qu’est devenue la Sarkozie et que j’ai honte désormais à appeler France. 

Etre français, c’est simple me direz-vous. Il suffit d’avoir un père ou une mère qui a la nationalité française ! Eh bien non ! Ah bon ! Mais si en plus vous êtes soldat dans l’armée française, avez combattu au Tchad et en Afghanistan au sein de cette même armée française ? Eh bien non, du moins pas dans ce beau pays qu’est devenue la Sarkozie et que j’ai honte désormais à appeler France.

 

 

C’est pourtant ce qui arrive au soldat Ounoussou Guissé, brigadier au 1er régiment de hussards parachutistes (RHP) de Tarbes, engagé en 2002 et ayant servi au Tchad et en Afghanistan.

 

Son père a obtenu la nationalité française en 1962. Au moment de l'indépendance du Sénégal, les Sénégalais qui résidaient en France ont pu choisir de devenir Français. C'était le cas du père d'Ounoussou qui travaillait au Havre. Mais sa femme et ses enfants étaient restés sur le sol africain. C’est l’argument du Ministère de la Justice pour contester la validité de la naturalisation du père d’Ounoussou.

 

Donc, 44 ans après, QUARANTE QUATRE ANS APRES, le ministère de la justice, le 18 décembre 2006, date de son assignation au tribunal de Rouen, conteste la nationalité française du soldat Ounoussou Guissé. Le tribunal a débouté le ministère en 2008. Qu’à cela ne tienne, le ministère a fait appel. Au tribunal de grande instance de Rouen, l’audience avait lieu le 7 octobre 2009. Le jugement a été mis en délibéré pour le 18 novembre 2009 !

 

La même « mésaventure » a atteint son frère Amara, lui aussi membre de l’armée française au 12ème régiment d'artillerie d'Oberhoffen (Bas-Rhin), lui aussi ayant participé à des opérations extérieures, lorsque le tribunal de Strasbourg le convoque le 16 Mars 2007 !

 

 

Pour plus de détail, lire « Il faut sauver le soldat Guissé » et « Etre ou ne pas être … Français » sur le quotidien Paris Normandie.

Aussi sur le blog « Secret Défense » de Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération.

 

 

Que faut-il faire pour être Français en Sarkozie ? Etre Breton ou Auvergnat depuis 50 générations, produire des pièces justificatives datant de Louis XI ? Quand aux Alsaciens, on peut se poser la question, un peu Allemand non ? Les Normands, c’est carrément perdu : Déjà qu’ils viennent du Danemark ou de Norvège et en plus ils ont été Anglais ! Ah zut, en Aquitaine aussi !

 

Quand à la racaille des banlieues, aller un petit coup de Karcher, et ouste …. Rachida Dati ? Zut, on avait oublié de vérifier au sein du Ministère de la Justice !

 

Et Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, un hongrois ! Incroyable. Comment, son père n’est pas né en France ! Ah bon, comme pour le soldat Guissé, tiens donc ! Un petit charter vers Budapest ?

 

 

Quand arrêterons-nous ce délire ? Faut-il remonter à Cro-Magnon et aux premiers peuplements humains de la France pour justifier de sa nationalité !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.