mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart ven. 12 févr. 2016 12/2/2016 Dernière édition

Qu'est-ce qui vous indigne?

Le Monde m'avait demandé un (tout) petit texte sur "ce qui m'indigne". Voici ci-dessous ce que j'avais écrit – ce texte est paru amputé de la moitié dans Le Monde daté du 1er janvier.

Le Monde m'avait demandé un (tout) petit texte sur "ce qui m'indigne". Voici ci-dessous ce que j'avais écrit – ce texte est paru amputé de la moitié dans Le Monde daté du 1er janvier.

 

Le soldat Manning est en prison. Il a 23 ans et risque d'y rester 50 ans : on l'accuse d'être la source des informations publiées par Wikileaks. Voilà ce qu'il dit : « Si rien ne se passe, ça veut dire que l'homme est maudit en tant qu'espèce. Mais je veux continuer à croire à la société. Je veux que les gens voient la vérité. » Presque tous les politiques appellent à la répression contre Wikileaks, arguant même parfois que « la transparence illimitée, c'est le totalitarisme ». Sont-ils incultes au point d'ignorer que le totalitarisme est l'exact contraire, l'opacité sans faille ? Indignations : contre la punition du Juste, et contre les arguments de tricheur qui la justifient.

Delon, Depardieu et d'autres, hilares, applaudissant debout à la prestation chantée de Poutine, les avez-vous vus ? Cette absolue indifférence à la morale, cette cécité volontaire (Politkovskaïa, qui est-ce ? Khodorkovski quoi ? Tchéka qui ?), et tout cela pour du fric, ou, pis encore, peut-être par pure et simple vanité. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire », disait Einstein. Ceux-là font déjà un peu pire, dans les chansons et le pognon.

Indignation face à toutes les maladies du pouvoir et du profit, devant l'égoïsme et la pusillanimité des puissants. Devant le cynisme glorifié, les milliards des uns et la misère des autres, et les ricanements devant le mot de solidarité. « C’est cela, justement, que je ne puis pardonner à la société contemporaine : qu’elle soit une machine à désespérer les hommes », écrivait Camus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

commentaire édité.