Maire Ubu ou la complainte des délogés

Le 5 novembre 2018 deux immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille s'effondraient, ensevelissant huit habitants sous les gravats. Depuis lors, près de 4000 personnes ont été "délogées". "Maire Ubu ou la complainte des délogés" est l'adaptation radiophonique d'une pièce de théâtre qui dénonce la violence, l'absence totale d'empathie et l'abandon qu'ont eu à subir ces personnes.

Au-delà du drame lui-même, cet effondrement allait provoquer une psychose générale, aussi bien dans la population que dans les services de la mairie, Cette peur panique qu'un nouvel effondrement puisse avoir lieu se comprend parfaitement. Ce qui se comprend moins, et même pas du tout, c’est la façon dont se sont passées les choses. En près d'un an et demi, des centaines d'immeubles ont été évacués et près de 4000 personnes ont été "délogées" dans des conditions insoutenables, sommées d'évacuer leur logement en un quart d'heure, emportant en catastrophe le strict minimum dans une valise ou un cabas, avec souvent des enfants, avec plus ou moins de violence quand ils semblaient ne pas vouloir évacuer assez vite, en laissant toute leur vie dans des logements qui, très souvent, étaient cambriolés dans les jours qui suivaient. Par la suite, ils ont été pour une grande majorité d'entre eux "oubliés" dans une chambre d'hôtel où ils vivaient quelquefois à quatre. Une violence, une absence totale d'empathie, un dédain que dénonce cette pièce radiophonique.

"Maire Ubu ou la complainte des délogés" est avant tout une création artistique qui met en scène le désarroi de ces gens confrontés à la situation ubuesque de devoir quitter d'une minute à l'autre tout se qui fait leur quotidien pour entrer brutalement dans un monde de précarité, d'inquiétude, de doutes, d'angoisse, où tout ce qui structure s'effondre d'un seul coup. C'est une création artistique (une pièce de théâtre adaptée en pièce radiophonique) qui cherche à évoquer cette détresse, à la faire ressentir, sans pour autant usurper la réalité qu'ont vécue ces délogés au plus profond de leur être. Une création artistique, même si une très grande partie des dialogues sont constitués de phrases qui ont été prononcées "en vrai" par les différents protagonistes. 

Une pièce radiophonique de Michel Couartou produite par la compagnie Le Bar de la Poste © Michel Couartou

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.