Michel D.
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2020

Tombe ton badge!

Michel D.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On a appris récemment que certaines académies proposaient aux enseignants de demander un badge virtuel, sorte d’inscription au tableau d’honneur… Comme les médailles pour les soignants, cela a provoqué quelques vagues et quelques indignations.

On peut en savoir davantage par exemple ici : https://www.ac-montpellier.fr/pid38918/open-badges.html

Renseignements pris, il paraît qu’il s’agit de valoriser les compétences des enseignants, en particulier celles acquises pendant le confinement :

Au-delà de la syntaxe discutable de la phrase ci-dessus, on ne peut que s’interroger.

Cette histoire de badges me rappelle un peu les pochettes-surprises de mon enfance. On espérait toujours y trouver le jouet « mieux que les autres » qui nous distinguerait des copains.

Voici donc une institution qui n’a pas trouvé mieux que ce système assez méprisant, infantilisant et somme toute humiliant pour « valoriser les acquis de l’expérience ». Ils sont certes nombreux ces acquis, et ils méritent mieux qu’un badge virtuel, parce qu’on travaille beaucoup et pas seulement pendant le confinement.

Un badge a l’avantage de ne pas coûter trop cher, ne s’accompagnant manifestement d’aucune rémunération supplémentaire. Ceux qui ont mis cela en place, bien rémunérés quant à eux, et avec de l’argent public, auraient mieux utilisé leur temps et notre argent en préparant une rentrée qui s’annonce difficile. Quand on se souvient des difficultés multiples du début du confinement et de l’école à distance, pour laquelle on nous disait que tout était prêt, on aimerait mieux les voir sur le terrain pour anticiper la probable deuxième vague de la pandémie.

L’autre avantage, c’est que ces badges s’inscrivent fort bien dans le « nouveau management » : Individualiser les carrières, diviser pour régner, récompenser les bons petits soldats, flatter à bas coût (j’ai de l’eczéma dans le dos tant ma hiérarchie y a passé la main…) , rogner au passage le bien gênant paritarisme, accentuer la surveillance hiérarchique,… On voit depuis longtemps déjà où ils veulent en venir.

Rien finalement de bien surprenant dans tout cela.

Ce qui est surprenant -et affligeant- , c’est qu’au moment où j’écris , 734 badges délivrés sont annoncés sur la page de l’académie de Montpellier.

734 badges pour 734 enseignants?

Les demandeurs de badges ne semblent pas s’apercevoir qu’en participant à cela, ils se tirent une balle dans le pied et que la balle ricoche vers ceux qui ne se prêtent pas à cette farce.

Je préfère croire que leur attitude résulte davantage de la naïveté que -pour rester poli- d’une certaine forme d'inculture politique et sociale...

Mais ces naïfs ont pour mission, me semble-t-il, d’enseigner à leurs élèves à mieux réfléchir, à aiguiser leur esprit critique, à développer un civisme lucide et engagé…

Il va falloir tomber le badge !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux