Le CoViD-19 à fin juillet (1/3): les chiffres

Six mois après le début officiel de l'épidémie, les données statistiques par pays permettent de commencer à prendre la mesure des événements

Le tableau ci-dessou (tiré de worldometer.info, qui est un peu en avance sur Johns Hopkins dans le décompte) permet déjà d'apprécier l'effet des politiques adoptées par les différents Etats:

stat-corona31juil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On voit qu'au niveau du taux de mortalité, la France se situe quelque part entre le Brésil et les Etats-Unis, ce qui situe l'efficacité de l'action de Macron et ses gouvernements successifs en matière de politique sanitaire à mi-chemin de Trump et de Bolsonaro, ce qui n'est pas très glorieux. On m'objectera que l'épidémie bat encore son plein dans ces deux pays américains, alors qu'elle semble maîtrisée chez nous, mais le redémarrage observé partout en Europe devrait inciter nos gouvernants à la modestie plutôt qu'à l'auto-congratulation.

Concernant la Chine, on a beaucoup soupçonné les chiffres d'y avoir été grossièrement manipulés. En fait, si l'on considère les zones touchées par l'épidémie, c'est-à-dire surtout l'agglomération de Wuhan et un peu plus largement la province du Hubei (les quelques autres foyers détectés à Shangaï ou Pékin ont un poids négligeable dans la statistique), et en supposant qu'une fraction des premiers cas mortels n'aient pas été identifiés mais seulement catégorisés comme des pneumonies (atypiques) on voit que le taux de décès à Wuhan est du même ordre que ce l'on a subi en France mais si l'on fait la comparaison au niveau de la province, on arrive à une performance comparable à celle de l'Argentine, ce qui est certes moins flatteur mais plus réaliste que les chiffres calculés à l'échelon du pays tout entier.

Une autre statistique intéressante, mais qui demande interprétation est le ratio entre les décès et le nombre de cas détectés. On observe que ce ratio est particulièrement élevé dans la plupart des pays européens ayant un taux de décès élevé, ce qui montre a contrario l'importance d'effectuer massivement des tests. Pour autant il faut aussi que les tests soient concentrés sur les régions les plus affectées et ciblent de manière récurrente les populations les plus à risque. Le grand nombre de tests effectués aux USA montre que tester ne suffit pas, encore faut-il adopter sans délai à l'échelon du pays tout entier des mesures efficaces de limitation de la propagation de l'épidémie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.