Argentine : on ferme !

Après la fermeture de la librairie Clasica y Moderna de l’avenue Callao, et la scandaleuse démolition du restaurant Hermann de Palermo, l’hécatombe continue.

Après la fermeture de la librairie Clasica y Moderna de l’avenue Callao  et la scandaleuse démolition du restaurant Hermann de Palermo , l’hécatombe continue, crise économique et spéculation immobilière aidant.

Les salles de cinéma d’art et essai continuent à disparaître (le BAMA sur Diagonal Norte a fermé fin juillet et le ciné-théâtre Premier de Corrientes est également fermé). C’est maintenant le tour d’un bar emblématique de San Telmo qui a connu Borges et Sabato de baisser le rideau.

Le bar Plaza Dorrego, où j’allais volontiers boire un café ou manger un chivito (sandwich de viande) à l’occasion de mes visites aux deux musées de l’avenue San Juan (le MACBA et le MAMBA) a fermé il y a quelques jours. J’avais perçu son déclin et l’absence d’entretien des lieux lors de mes dernières visites mais je ne pensais pas que, dans ce quartier central vétuste mais très touristique, sa situation serait devenue aussi critique. Comme souvent, c’est l’arrivée à échéance du bail commercial qui a sonné le glas.

Les salaires des employés n’étaient plus payés depuis deux mois et les charges sociales salariales depuis plus longtemps encore. Le renouvellement du bail semble problématique, les relations étant mauvaises entre le propriétaire et le locataire-gérant. Les employés qui occupent les lieux cherchent à convaincre le propriétaire de permettre la remise en fonctionnement sous la forme d’une coopérative, mais celui-ci exige l’évacuation préalable des lieux avant toute discussion. Le maintien de l’occupation du lieu de travail étant le seul moyen de pression à la disposition des salariés (on a connu une situation du même genre à la Pizza Mamma de Montparnasse il y a quelque temps) la situation est bloquée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.