Le crétinisme racialiste a encore frappé

Dans la lignée de mon précédent billet sur Thomas Chatterton Williams, je relaie volontiers cette prise de position d'un ancien collègue de Paris Diderot, (lui-même éminent traducteur) sur l'intolérance racialiste qui continue de faire des dégâts (cette fois-ci aux Pays-Bas)

"En tant que traducteur (de Darwin, de Ricardo, d’Adam Smith), je souhaiterais que tous les traducteurs réagissions vivement aux récents événements des Pays-Bas. Rappelons que l’éditeur néerlandais Meulenhoff a acheté les droits de la jeune poétesse afro-américaine Amanda Gorman (celle qui a lu son poème The Hill we Climb lors de l’investiture de Joe Biden) et en a confié la traduction en néerlandais à la traductrice et écrivaine Marieke Rijneveld. Or une activiste noire, Janice Deul, a lancé sur les réseaux sociaux un mouvement  exigeant la démission de Rijneveld au seul motif qu’elle est blanche. Pour ne pas faire de vague, la traductrice s’est effacée et l’éditeur s’est même excusé de son choix inconsidéré. Ce ne sont pas les capacités ou incapacités de la traductrice qui ont été prises en compte, mais la seule couleur de sa peau. Une Blanche ne peut pas traduire une Noire. Bientôt un homme ne pourra plus traduire une femme, un valide ne pourra pas traduire un handicapé, etc. Les traducteurs ne peuvent pas être assignés à ne traduire que des auteurs qui leur ressemblent. Les traducteurs sont des passeurs et toute la richesse de l’humanité consiste à permettre ces passages entre groupes humains et entre cultures diverses et variées."

Michel Prum

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.