Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1567 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2022

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Un week-end en Patagonie

Le lawfare argentin mis à nu

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le journal Perfil a publié en fin de semaine une petite bombe révélant les moeurs de la mafia politico-médiatico-judiciaire argentine: des échanges piratés sur des groupes Whatsapp et Instagram montrant des juges et procureurs cherchant à dissimuler qu'un voyage d'agrément en Patagonie dans la luxueuse propriété du milliardaire américain Joe Lewis, ami de l'ex-président Macri, leur avait été offert par Magnetto junior, CEO du groupe médiatique antikirchnériste Clarin (pour vous faire une idée du scandale, imaginez en France un voyage en avion privé et hélicoptère payé à des juges et procureurs par un fils Bolloré), à qui certains d'entre eux avaient rendu de signalés services dans le passé. Le reste de la bande était composé d'anciens membres des Services de renseignement et de politiciens de Droite de la province de  Buenos Aires.

Bref, toutes les composantes du lawfare argentin se trouvaient réunies. La sortie de ces documents audios à la veille de la probable condamnation de CFK a permis à la présidence de lancer une contre-attaque contre la mafia judiciaire en réclamant une enquête. Faute de pouvoir justifier l'injustifiable, les chiens de garde de Clarin crient au viol de la vie privée, ce qui est un peu court. Le voyage en question avait déjà été dénoncé auparavant dans Pagina/12 et les mafieux se défoulent en insultes grossières contre ceux qui ont révélé leurs combines. Hommage du vice à la vertu, deux honorables journalistes du quotidien de Droite La Nacion (Pagni et Alconada-Mon) sont également voués aux gémonies.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte