premier décès attribué au coronavirus en Argentine

le coronavirus est arrivé en Argentine, importé par des touristes revenant d'Europe

Une dizaine de cas ont été recensés à ce jour, la plupart sont des voyageurs qui sont revenus d'Italie du Nord fin février (la fin des vacances scolaires d'été tombait le 2 mars cette année; du fait de l'inversion des saisons, la rentrée de mars est l'équivalent de la rentrée de septembre en France.)

Le premier patient décédé à Buenos Aires hier était passé par Paris avant de rentrer en Argentine. Il était âgé de seulement 64 ans, mais comme beaucoup d'autres victimes, en particulier parmi celles qui ont été recensées en Italie, son état général de santé était déjà mauvais avant l'arrivée du coronavirus: il souffrait de bronchite chronique, d'hypertension, de diabète et d'insuffisance rénale.

Vu le désastreux régime alimentaire des Argentins qui mangent et boivent trop de tout ce qui est mauvais pour la santé (viande rouge, charcuterie, plat préparés et autres composants de la "junk food": pizzas, hamburgers, chips... sans oublier toutes les boissons gazeuses sucrées dont ils absorbent quotidiennement des litres et des litres), on peut s'attendre à ce que l'épidémie fasse des dégâts: les taux d'obésité, de diabète et d'hypertension artérielle y sont parmi les plus élevés du monde.

Si le coronavirus pouvait convaincre les Argentins (et tous les autres peuples) d'adopter une diète moins carnivore et de manger moins de cochonneries industrielles, ce serait un mal pour un bien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.