Chronique d'une fraude électorale annoncée

Une fraude électorale à grande échelle va chercher à empêcher l'élection d'Arauz (arrivé en tête au premier tour) en Equateur.

Cet article de Pagina/12 nomme les responsables de la mise en place du processus et détaille les modalités de la fraude.

En voici un bref résumé pour ceux qui ne lisent pas l'espagnol:

L'opération est pilotée par les dirigeants des deux partis de Droite (le parti CREO et le Parti Social-Chrétien qui, comme son nom l'indique, n'est ni très social ni très chrétien...)  et leurs candidats respectifs dont Lasso de CREO qui est opposé au Corréiste Arauz au 2ème tour de dimanche prochain.

Elle consiste à distribuer des bulletins de vote officiels (car imprimés sur papier sécurisé) surnuméraires (suite à un problème d'impression, 600 000 bulletins en plus ont été produits mais non enregistrés dans les statistiques officielles) dans des bureaux de vote ruraux ou dans de gros bureaux urbains contrôlés par des "coordinateurs" des deux partis en question et s'appuie sur le contrôle majoritaire par la Droite de la Commission Nationale Electoral (CNE) chargé de centraliser les dépouillements et de proclamer les résultats et sur le noyautage du service de la gestion informatique du dépouillement.

600 000 bulletins pour un total de 13 millions d'électeurs (10 millions de votants au 1er tour) représentent pour les fraudeurs une marge de manoeuvre appréciable, même s'ils ne parvenaient pas à écouler tous les vrais-faux bulletins qu'ils ont distribués.

Si malgré l'injection de ces bulletins supplémentaires le résultat était très serré, la CNE refuserait de proclamer les résultats et demanderait un recompte des votes si Arauz était en tête mais proclamerait immédiatement les résultats provisoires si c'était Lasso qui était devant. Les grands médias (qui sont comme partout alignés sur les partis de Droite) seront évidemment dans la boucle pour servir de chambre d'écho et conclure à la victoire du candidat de Washington (et sans doute aussi de Macron, sous réserve qu'il sache que l'Equateur existe).

Bref, voici des fraudeurs prévoyants, munis de multiples ceintures et bretelles...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.