Dujovne, un sapeur Camember argentin

La nouvelle stratégie de gestion de la dette argentine par le ministre de l'économie et des finances Dujovne me rappelle irrésistiblement la méthode employée par le sapeur Camember pour boucher les trous

La nouvelle stratégie de gestion de la dette argentine par le super-ministre de l'économie et des finances Nicolas Dujovne me rappelle irrésistiblement la méthode employée par le sapeur Camember pour boucher les trous.

En gros, pour résoudre le problème posé par l'énorme stock de Lebacs (bons à très court terme en pesos) le gouvernement veut les transformer en Letes (bons à un an en dollars).

L'inflation galopante et la chute du peso, rendent peu attirants, tant pour les gros investisseurs disposant de liquidités que pour les petits épargnants, les rendements mirifiques (plus de 40%) affichés pour les Lebacs.

Tout d'abord, puisque tous veulent des dollars, dans sa grande générosité, le gouvernement a décidé de leur en donner, en alimentant le marché des devises grâce au prêt reçu du FMI: sur les 7,5 milliards qui doivent être consacrés officiellement au soutien du cours du peso déjà 1,5 milliards ont été ainsi dilapidés, ne servant qu'à maintenir le courant de fuite des capitaux, "marché émergent" oblige. Il en reste donc pour 4 mois, si l'on continue à ce rythme.

Comme le renouvellement mensuel de centaines de milliards de pesos en Lebacs devenait de plus en plus problématique, la nouvelle stratégie consiste à les échanger pour des Letes qui sont libellés en dollars à un taux d'intérêt de 7,5%  à échéance d'un an (donc de loin, le meilleur rendement disponible, si l'on fait abstraction du risque de défaut sur la dette argentine, dont l'expérience montre qu'il n'est jamais nul).

Autrement dit, pour enterrer le gros tas de Lebacs, le gouvernement est en train de creuser un nouveau trou et se retrouve avec un tas de Letes libellés en dollars, qui vont s'ajouter au gros stock de dette externe en devises.

La manoeuvre me rappelle une histoire de trou du Sapeur Camember:

camember

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.