L'épidémie s'étend en Argentine

L'épidémie s'accélère en Argentine et s'étend à l'ensemble du pays.

L'Aire Métropolitaine de Buenos Aires (AMBA, 11 millions d'habitants environ) ne représente plus que 80% des nouveaux cas de contamination, contre 95% il y a un mois. Mais ce n'est pas une bonne nouvelle, car cela veut simplement dire que le nombre de cas augmente rapidement ailleurs dans le pays, y compris dans des provinces périphériques jusqu'ici peu touchées. Le nombre journalier de nouveaux cas est maintenant de l'ordre de 7000 et le nombre de décès augmente aussi avec plus de 150 morts par jour.
Le pic de l'épidémie était espéré aux alentours de la mi-août, mais au rythme où vont les choses, ce sera plutôt fin août-début septembre et il ne faut guère espérer d'amélioration significative de la situation sanitaire avant fin octobre.
Du fait de la faiblesse de leurs infrastructures médico-hospitalières, les provinces de Jujuy au nord (dirigée par la droite) et de Santa Cruz au sud (fief historique des Kirchner) sont déjà au bord de la saturation hospitalière.
Le comportement irresponsable des Argentins est pour beaucoup dans cette flambée épidémique: ainsi, une grande fête de mariage organisée à Santa Cruz avec des participants venus d'un peu partout, y compris des provinces de Mendoza et de Santa Fe, a produit à elle seule plus de 60 contaminations avérées qui sont devenues autant de nouveaux foyers potentiels de contamination après dispersion des fêtards...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.