La fragmentation du péronisme, prélude à son effondrement

L'hydre péroniste a toujours eu de multiples têtes, mais ce qui se passe ces temps-ci montre qu'elle n'a plus de corps.

Dans un récent billet  je parlais de l'émergence du pérono-macrisme. La constitution annoncée ce jour du ticket présidentiel Macri-Pichetto vient confirmer mon analyse du "come-out" macriste de la droite péroniste (Pichetto, Schiaretti, Urtubey).

La polarisation entre néo-libéraux et progressistes qui se dessine pour les prochaines présidentielles coupera donc le parti péroniste en deux.

Cette idéologie sociale-nationaliste attrape-tout, historiquement issue du fascisme argentin et dont les accointances avec le national-socialisme ont permis à de nombreux fascistes et nazis de trouver refuge en Argentine à l'époque de Peron, est en réalité depuis plusieurs années une mythologie à l'agonie, et c'est une bonne nouvelle pour l'avenir politique de l'Argentine.

Depuis le retour de la démocratie, les péronistes avaient toujours su se regrouper derrière un candidat présidentiel représentant tantôt l'aile sociale-corporative (Cafiero, Kirchner) et tantôt l'aile néo-libérale (Menem, Duhalde).

C'est donc la première fois que les tensions internes vont conduire à un affrontement politique entre les deux pôles du péronisme et ramener le système politique argentin vers un classique débat entre la Droite et la Gauche, et c'est le signe qu'il n'y a plus de parti potentiellement hégémonique: le Parti Justicialiste est en voie de connaître le même destin que l'Union Civique Radicale (UCR)

Depuis la chute d'Alfonsin en 1989 et surtout celle de De La Rua en 2001, l'UCR n'était plus en mesure de prétendre arriver au pouvoir en position dominante, et dans l'actuelle alliance Cambiemos, elle s'est faite phagocyter par le PRO (comme chez nous l'UDF s'était faite dévorer par le RPR après leur fusion dans l'UMP). Une petite fraction (conduite par L. Moreau) avait choisi de soutenir le kirchnérisme et il y a fort à parier que les forces centrifuges de la polarisation vont provoquer sur ce qui reste de l'UCR les mêmes effets que chez nous sur le PS. Le gros de l'UCR n'est plus qu'une force supplétive du macrisme, mais l'aile la plus sociale-industrialiste (Alfonsin fils) actuellement tentée par un ralliement à Lavagna finira peut-être par rallier les kirchnéristes au second tour si Lavagna se retrouve, comme l'indiquent tous les sondages, éliminé au premier tour.

Depuis la défaite de Scioli en 2015 et l'appui fourni à Macri dans les deux premières années de son mandat par une bonne partie des législateurs péronistes, c'est l'image d'un Parti Justicialiste seul capable de s'unir pour gouverner le pays de manière stable qui a volé en éclat.

Le choix de Macri de choisir un colistier péroniste de droite n'est pas qu'une habileté tactique: elle renvoie aussi à ce qu'est l'exercice populiste-autoritaire du pouvoir par les néo-libéraux, pratique à l'intérieur de laquelle les péronistes  sont comme des poissons dans l'eau.

De toute façon, après le ralliement annoncé hier de Sergio Massa au tandem Fernandez-CFK, Macri n'avait plus guère d'options et l'UCR n'était pas en mesure de lui imposer son propre choix (et le souvenir de la façon dont Cobos avait trahi les kirchnéristes au moment du vote de la loi 125 a dû également inciter Macri à ne pas s'encombrer d'un vice-président radical peu fiable...)

Son alliance stratégique avec les caudillos radicaux ou péronistes de plusieurs provinces (Schiaretti à Cordoba, Cornejo/Suarez à Mendoza, Urtubey à Salta, Morales à Jujuy...) et la neutralité affichée de plusieurs autres (Guttierez à Neuquen, Bordet à Entre Rios, Manzur à Tucuman) devrait permettre à Macri d'empêcher le tandem adverse de trop le distancer au premier tour, ce qui pourrait lui rapporter la victoire au second grâce au syndrome "tout sauf CFK", et ce même si Kicillof battait Vidal dans la province de Buenos Aires... mais sous réserve que la détérioration de la situation économique ne s'accentue pas trop d'ici octobre, ce qui n'est pas gagné d'avance.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.