Ils sont encore pires quand ils sont bourrés

Si le jeune beauf raciste qui vient d'être exclu du FN (parions que ce ne sera ni le premier ni le dernier) s'était informé sur certains progrès récents dans la compréhension des relations entre l'expression d'idées droitières et l'alcoolisme, il eût peut-être moins bu...

Le sieur Davy Rodriguez, ex-numéro deux du Front National de la Jeunesse, vient d'être exclu du FN pour propos racistes (une vidéo le montre, excité et éméché, traitant un videur de boîte de nuit de "n**** de m**** ")

Maître Collard, par les médias alléché, l'a d'ailleurs traité de con pour avoir tenu ces propos alors qu'il était bourré (tout en ne condamnant pas clairement leur substance: Maître Collard a un électorat raciste à ménager).

Collard, qu'on a connu plus prompt à défendre l'indéfendable, n'a pourtant pas saisi l'occasion de plaider les circonstances atténuantes sur le thème "Monsieur le juge, mon client était canné comme une huître, dont il a d'ailleurs le cerveau, et ne réalisait pas ce qu'il disait".

Visiblement, ni Collard ni Rodriguez ne sont au courant que l'imprégnation alcoolique favorise la réduction des capacités de réflexion et ipso facto le simplisme et les préjugés (extrême-)droitiers qui au FN n'ont pas vraiment besoin d'alcool pour émerger, même si la proportion de beaufs alcooliques y est notoirement supérieure à celle de la population générale.

Pourtant même s'ils ne se tiennent pas au courant des recherches récentes en psychologie sociale publiées en anglais (voir par exemple ceci) il aurait suffi qu'ils parcourent les "Brèves de comptoir" de Bérurier pour s'en rendre compte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.