1810

un nombre qui a de multiples résonances en Argentine

On vient à Buenos Aires de célébrer la fête nationale du 9 juillet (commémorant la déclaration d'indépendance de 1816 à Tucuman), accompagnée par quelques manifestations de l'aile dure de l'opposition de Droite (à cette occasion pas plus respectueuse des mesures de distanciation sociale que les meetings des trumpistes et des bolsonaristes), pour dénoncer pêle-mêle le projet d'expropriation de l'entreprise céréalière Vicentin (actuellement en situation de faillite frauduleuse), l'atteinte aux libertés individuelles (la "infectadura") que représenterait le renouvellement des mesures de confinement, et l'évolution supposée vers une "Argenzuela"...

Bref, que du classique chez les "gorilas" les plus acharnés, que leur agitation grégaire risque de transformer en les toutes prochaines victimes du coronavirus.

1810, c'est le nombre de morts du Covid-19 recensés à ce jour dans le pays, un chiffre remarquablement bas comparé au désastre sanitaire des pays voisins  (Uruguay excepté) tous gouvernés par des Droites néolibérales autoritaires, voire putschistes (Bolivie) mais la montée rapide du nombre de nouvelles contaminations y rend le respect des mesures de distanciation sociale aussi impératif que chez nous, quoi que prétende la Droite macriste.

Et 1810, c'est aussi la célébration de la Révolution de Mai 1810 (la rue du 25 Mai et la Place de Mai en rappellent le souvenir à Buenos Aires) insurrection populaire marquant le début d'une révolution bourgeoise contre le vice-roi espagnol (prenant prétexte du changement de roi imposé par Napoléon), ce qui en fait un peu l'équivalent portègne de notre 14 juillet, d'où le titre de ce billet à deux jours de notre propre Fête Nationale.

Le 9 juillet 1816, date de la proclamation de la République Argentine, c'est plutôt l'équivalent de notre 22 septembre 1792 (la date à laquelle démarre le calendrier républicain marquant le début de notre Première République) mais aussi de notre 22 septembre 1870 (appel à la création de la Commune de Paris) dates trop peu célébrées en France (mais il y a une rue du 22 septembre à Courbevoie).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.