Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1357 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2022

Quelques réflexions sur le programme de La France Insoumise (suite et fin)

Chapitre 14 : nouvelles frontières de l’humanité + conclusion générale

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le titre pompeux de ce dernier chapitre recouvre quatre sujets :

- la protection de la biodiversité marine et la lutte contre la pollution des mers et océans,

- l’investissement dans les énergies reouvelables maritimes et les infrastructures portuaires,

- la lutte contre la militarisation et l’appropriation privée des activités spatiales,

- le développement des industries et services numériques dans une perspective de souveraineté nationale.

Certains problèmes évoqués dans des chapitres précédents (comme le contrôle des GAFAM) sont revisités ici. Certaines propositions comme l’utilisation des logiciels libres dans l’éducation devraient se trouver plutôt dans le chapitre correspondant.

D’une manière générale, par rapport à son objectif affiché de convaincre une majorité de nos concitoyennes et concitoyens d’élire Mélenchon à la présidence de la république et lui donner ensuite une majorité législative, ce programme est peu convaincant pour 4 raisons :

1°) la présentation souffre d’un découpage confus avec de multiples redites et des oublis : un découpage plus judicieux, s’agissant d’un programme de gouvernement, aurait consisté à le décliner par grands départements ministériels afin d’en avoir une ventilation thématique reflétant mieux la structure opérationnelle de la gestion des administrations d’État. On peut y voir une illustration malheureuse de la préférence de Jean-Luc Mélenchon pour le gazeux par rapport au structuré.

2°) un manque de vision des articulations intersectorielles et des mécanismes de subsidiarité à prendre en compte dans une logique de transition écologique. Typiquement, il faudrait proposer sur chaque thème des approches différenciées selon les échelons de traitement (local, régional, national, européen, mondial) à privilégier et selon la nature et le poids des contraintes, il manque en particulier une vision stratégique du développement des activités économiques prenant réellement en compte la distinction entre secteurs et entre filières industrielles mondialisées et activités non délocalisables : selon le degré de dépendance extérieure et la nature des contraintes qu’elle impose, il faudra différencier les rythmes et les outils institutionnels et économiques de gestion de la transition.

3°) des promesses tous azimuts d’investissement et de créations d’emplois publics qui font ressembler ce programme à la hotte du Père Noël sans la moindre consolidation budgétaire à la clé : aucune vision d'ensemble des transferts fiscaux envisagés et des engagements budgétaires programmés n’émerge de ce catalogue.

4°) une approche à la fois étroitement souverainiste et naïvement multilatéraliste de la politique internationale, aggravée par une absence de vision dialectique des relations intra-européennes, ce qui empêche toute réflexion sur les alliances possibles avec tel ou tel partenaire en regard des différents objectifs poursuivis.

En conclusion, si vous n’avez pas les moyens de dépenser 3 euros pour lire l’entièreté de ce document grandiloquent et mal fichu, patientez un peu : comme le remarque un dessin humoristique du Canard Enchaîné cette semaine, il sera en solde dès le lendemain du premier tour...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social