Une expo à voir et un musée à éviter

Si vous passez par Turin, ne manquez pas...

... L'exposition de Chirico en cours à la Galerie Municipale d'Art Moderne (GAM Torino) qui présente un bel échantillon de ses peintures dites "métaphysiques" datant des années 20 ou des années 70.

L'exposition, intitulée "Ritorno al futuro", enjambe toute la période figurative académique des années 40 à 60 pour se concentrer sur ses rêveries surréalistes de jeunesse et de vieillesse (presque toutes les oeuvres proviennent de la fondation Chirico de Rome) mais aussi, ce qui est fort intéressant, sur l'influence qu'a exercée Giorgio De Chirico sur les générations suivantes, comme avec ce collage présentant Sophia Loren en statue au milieu d'un paysage emprunté à Chirico:

sophia-loren

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En revanche vous pourrez vous dispenser de la visite à la fondation Agnelli installée en haut du Lingotto (l'emblématique long bâtiment industriel de la FIAT, célèbre pour l'anneau de vitesse installé sur son toit, est devenu une galerie commerciale à l'américaine dans sa partie basse, débordante de malbouffe abusivement frappée du label EATALY; il y a d'excellents restaurants de cuisine piémontaise, sarde ou toscane à Turin, mais sous le label EATALY, j'ai surtout vu des pizzerias et des mangeoires à hamburgers)

Réclamer aux visiteurs 10 euros pour une trentaine d'oeuvres (qu'il est interdit de photographier) dont une demi-douzaine de Canalettos et quelques Matisses, sans même avoir la décence d'offrir une réduction du fait de l'absence de deux oeuvres parmi les plus importantes (L'Hétaïre de Picasso et la Négresse de Manet) c'est vraiment se moquer du monde. Bref, ce Lingotto post-industriel mérite un large détour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.