Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1456 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juil. 2021

Linguistique du snobisme

Les manifestations linguistiques du snobisme sont multiples. En voici quelques exemples, sans prétention aucune à l'exhaustivité

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En français, la passion des snobs pour les anglicismes remonte à loin: on peut évoquer Proust (dont le snobisme était légendaire) et les emprunts parfois hasardeux de ses personnages à la langue anglaise, comme le five o'clock [tea] d'Odette Swann, reflet d'une anglomanie fin-de-siècle qui fait aujourd'hui sourire.

Dans les médias qui sont les principaux propagateurs de l'idéologie néolibérale, comme Béheffème Bizness, le discours stéréotypé et américanisé des parasites sociaux que sont les gens de finance y paradant quotidiennement a multiplié les emprunts pour apparaître up-to-date; petit florilège:

un accord win-win (reste en concurrence serrée avec gagnant-gagnant)

c'est un véritable game-changer (très en vogue ces temps-ci)

le corporate (attention à bien le prononcer "corporeille-te" à la françhouillarde car si vous le prononciez à peu près correctement /ko:rprit/ vos interlocuteurs, qui, tout comme vous, font semblant de savoir parler anglais risqueraient de ne pas vous comprendre)

le Cul-Euh (le sigle QE pour quantitative easing devrait se prononcer /kju-i:/ mais on risquerait la confusion avec le QI, alors on francise la prononciation du sigle et tout le monde se comprend, car on est entre gens de bonne compagnie ayant tous un QI supposé élevé)

L'inverse se produit aussi: les snobs anglo-américains adorent faire admirer leur maîtrise supposée de la langue française, les meilleurs endroits pour cela étant les restaurants pour snobs dont les cartes affichent volontiers du duck paté (souvent écrit pate car on n'a pas toujours un accent aigü à sa disposition sur les claviers américains) afin de remplacer le très politiquement incorrect foie gras.

Sur ce plan, les snobs argentins n'ont rien à envier aux autres, comme le montre ce dessin humoristique où deux "señoras gordas" discutent de l'arrivée dans le pays de la maladie opportuniste du champignon noir (originaire d'Inde, comme l'envahissant variant delta):

Source: Pagina/12

Cette expression de "señoras gordas" (littéralement "grosses dames") est à prendre au sens figuré ; comme le terme de "medio pelo" (médiocre) elle est une moquerie du polémiste Jauretche visant les commères bourgeoises des beaux quartiers. Les "señoras gordas" de Paz, copieusement botoxées, siliconées et oxygénées sont donc l'équivalent contemporain argentin des rombières herpéhères envisonnées que dessinait le regretté Cabu. 

On ne saurait évoquer le snobisme langagier sans mentionner l'épidémie d'écriture dite inclusive (mais dont la complexité visuelle tend surtout à exclure les dyslexiques) qui sévit présentement dans les milieux intellectuels se voulant progressistes.
Il s'agit, comme toujours avec le snobisme, de signaler son appartenance à un cercle de gens distingués, ce que Pierre Bourdieu appelait un marqueur de distinction. Que ce snobisme-là se croie de gauche ne change hélas rien à l'affaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
par Philippe Soulié