Perseverare diabolicum

Le FMI et le gouvernement argentin poursuivent leur inefficace politique monétariste

Le chiffre officiel de l'inflation de février vient de sortir à 3,8% et mars ne sera pas meilleur du fait des augmentations de l'électricité et des transports. Le ministre de l'économie Dujovne promet une baisse du taux d'inflation à partir d'avril mais les effets de second tour des augmentations précédentes rendent cette prévision irréaliste.

Le FMI désespéré pour sauver le soldat Macri au nom du néo-libéralisme vient d'autoriser l'Argentine à dépenser 60 millions de dollars par jour pour défendre sa monnaie, mais ce blindage monétaire du taux de change est illusoire. L'an passé, au plus fort des deux dégringolades du peso en mai et août, l'Argentine brûlait de l'ordre de 1 milliard de dollars par jour pour tenter vainement d'enrayer la chute.

Autrement dit, on persévère dans une politique de restriction monétaire et de taux d'intérêt délirants (64% annuels sur les Leliqs à 7 jours, soit 88% de rendement global pour les banques avec les intérêts composés... une bicyclette financière imbattable... jusqu'à l'écroulement final...

L'industrie sinistrée, la montée du chômage et les divisions politiques qui se font jour au sein de la coalition au pouvoir promettent une fin de mandat agitée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.