C'est la Gauche qui recule en Bavière, pas la Droite

Contrairement à ce que proclame les grands médias "libéraux", ce n'est pas la Droite qui a perdu les élections hier en Bavière, mais la Gauche.

Contrairement à ce que proclame les grands médias "libéraux", ce n'est pas la Droite qui a perdu les élections hier en Bavière, mais la Gauche.

Le recul de la CSU fait les gros titres, mais il est compensé par le score obtenu par les indépendants de Droite du nouveau parti des Freie Wähler (électeurs libres) qui n'est qu'un avatar un peu plus régionaliste de la CSU. Ce parti était déjà présent aux élections précédentes où il avait atteint 9% des voix, ce que beaucoup de commentateurs français semblent oublier, le traitant comme un nouveau parti au même titre que l'AfD.

Une "Petite Coalition" CSU+FW résoudra sans difficulté le problème de la continuité de la Droite au pouvoir, avec 112 sièges au Parlement régional (la majorité est à 103).

Plus qu'un "effet Seehofer", c'est un "effet Merkel" qui explique le score à 2 chiffres de l'AfD: une fraction de la droite traditionnaliste se cabre et se radicalise face à l'afflux migratoire massif des dernières années.

La vraie grosse défaite est celle du SPD, de plus en plus plombé par sa participation aux "Grandes Coalitions" fédérales car cette chute n'est pas complètement compensée par le reste de la Gauche, puisque Die Linke culmine à 3% et que si les 17% de Die Grüne (les Verts) sont un motif de satisfaction pour ce parti cela ne contribuera pas à clarifier la situation politique générale puisque DG participe de façon opportuniste à diverses coalitions dans les divers Länder.

Le total des pourcentages de voix de la Droite réactionnaire et néolibérale (CSU+FW+FDP) et de l'Extrême droite (AfD) en Bavière est de 37,3+11,6+5,1+10,2 = 63,2%.

Le total des formations progressistes (SPD+DG+DL) recule à proportion: 9,3+17,6+3,2 = 30,1%.

C'est bien ce total-ci qui s'érode par rapport aux élections précédentes de 2008 et 2013 où  les trois mêmes partis totalisaient 32-33% des voix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.