Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1323 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2020

L'ISF argentin et le nouvel impôt solidaire sur les grandes fortunes

Les députés argentins ont approuvé hier par 133 voix contre 115 la création d'un impôt exceptionnel sur les grandes fortunes. Sauf énorme surprise, il va maintenant être adopté définitivement au Sénat où le gouvernement a une majorité confortable.

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face à la pénurie de dollars, le gouvernement argentin a décidé de créer cette année un impôt exceptionnel frappant les fortunes supérieures à 200 MAR$ (soit 2,5 MUSD au cours officiel de 80 pesos argentins par dollar), ce qui touche entre 9 000 et 10 000 contribuables (0,8% du total) dont environ 40% ont par ailleurs de l'argent au chaud à l'étranger (principalement en dollars et un peu en euros).
Comme l'impôt sécheresse de Chirac en 1976, cet impôt exceptionnel est (en principe...) non renouvelable et devrait rapporter 325MdsAR$ soit environ 4 MdsUSD, une somme bienvenue pour des caisses de l'Etat qui sonnent creux, mais un montant à relativiser,puisqu'il représente seulement le tiers des dépenses annuelles normales en tourisme extérieur des 10% d'argentins assez riches pour voyager à l'étranger.

L'opposition de droite était évidemment vent debout contre le projet mais la majorité législative a fait preuve de cohésion (à l'exception de Graciela Camaño, une députée du groupe de Sergio Massa). Les deux députés trotskistes, fidèles à leur posture habituelle de surenchère dénonciatrice, se sont abstenus en décrivant ce projet comme un cache-misère des mesures de restriction budgétaire envisagées dans le cadre des négociations en cours avec le FMI.

Le taux de cet impôt est de 2% et monte progressivement par tranche jusqu'à 3,5% pour les très grandes fortunes (supérieures à 3 milliards de pesos). Pour inciter les riches à rapatrier leurs avoirs à l'étranger, une surtaxe de 50% est appliquée sur les actifs détenus à l'étranger, sauf si les contribuables en rapatrient au moins 30%.

Cet impôt s'ajoute à l'impôt sur les biens personnels (IBP) qui est la version argentine de notre ISF-IFI. L'IBP s'applique au taux de 0,5% pour les patrimoines supérieurs à 3MAR$ (soit 37 500 USD au cours officiel) ce qui peut paraître peu, mais la résidence principale est exonérée (si sa valeur est inférieure à 18 MAR$) et le taux monte progressivement par tranche jusqu'à un maximum de 1,25%. Les placements en fonds de retraite, les plans d'épargne bancaires, et les titres et bons argentins émis par l'Etat, les provinces et les municipalités sont également exonérés de même que les propriétés rurales. De plus, les biens immobiliers, sauf les plus récents, sont imposés sur la base d'une "valeur fiscale" très inférieure au prix du marché.

Dans la même logique de pousser au rapatriement des actifs détenus à l'extérieur, la valeur des biens détenus à l'étranger est taxable au taux de 0,7% dès le premier peso, sauf si le détenteur en rapatrie au moins 5% dans l'année.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat