Il faut tout d'abord se rappeler que l'Argentine n'existe que depuis à peine plus de deux siècles, donc un emprunt à 100 ans peut paraître de prime abord un peu trop ambitieux.

Le gouvernement Macri, dont l'objectif semble être de rapprocher à toute vapeur le niveau d'endettement de son pays de celui des grands pays occidentaux (qui se situent presque tous entre 80 et 200% du PIB), vient de lancer à New York un emprunt obligataire d'une durée de 100 ans offrant un rendement de 8,25%, ce qui en ces temps de taux très bas dans le monde occidental attire les spéculateurs tout encombrés de liquidités comme la merde attire les mouches: 9 milliards de dollars ont déjà été souscrits annonce fièrement La Nacion, quotidien de référence de l'oligarchie régnante.

8,25% de rendement, cela veut dire que l'on récupère son capital en une douzaine d'années (disons une quinzaine pour tenir compte d'une inflation qui reste obstinément entre 1,5 et 2%). Les quatre-vingt-cinq ans restant, c'est que du bonus... sous réserve que l'Argentine ne refasse pas défaut trop vite entre temps... à moins qu'elle ne finisse par être rachetée pour un peso symbolique par CitiGroup ou Amazon.

Du point de vue des finances du pays, offrir un tel taux pendant une telle durée signifie que chaque dollar emprunté cette année coûtera in fine 826 dollars (8,25% x 100 ans + le remboursement du capital à échéance) au Trésor Argentin.

Vu mon âge déjà avancé et mon esprit de vautour transnational, si j'avais quelques millions de dollars à placer, je n'hésiterais pas à me constituer une bonne rente aux frais des citoyens argentins.

D'ailleurs je suis prêt à parier que les oligarques argentins ne seront pas les derniers à investir dans ces nouveaux bons extrêmement juteux.

Macri et sa bande sont vraiment en train de ruiner leur pays au seul profit du 0,01%.

PS du 20 juin: les 9 milliards évoqués hier correspondaient au montant total d'offres reçues mais le gouvernement argentin s'est contenté d'en prendre pour 2,7 milliards pour un taux de 7,9% (le fait qu'un tel emprunt ait été sursouscrit plus de 3 fois montre que le taux offert était trop généreux: le seul antécédent dans la région est l'emprunt à 100 ans du Mexique qui s'était placé à 5%)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.