Argentine: le moment de Rugy d'Alberto Fernandez

Ils ne mangeaient pas de homards, mais l'effet politique est tout aussi désastreux.

L'an dernier, en plein confinement sanitaire, alors que les réunions privées de plus de 6 personnes étaient interdites, une fête fut organisée pour une douzaine de happy fews à la résidence présidentielle d'Olivos  afin de célébrer l'anniversaire de Fabiola Yañez, compagne du président. Des photos puis une vidéo ont émergé dans la presse et Fernandez a présenté ses excuses, mais l'opposition s'en donne évidemment à coeur joie, en pleine campagne pour les élections de mi-mandat sur le thème: "pendant que le peuple souffrait, ceux-là faisaient la fête" et cela risque de coûter cher aux pérono-kirchnéristes (les kirchnéristes pur sucre se taisent mais n'en pensent pas moins et Cristina Fernandez a réclamé publiquement qu'on mette de l'ordre là où c'est nécessaire...)

Une autre fête pour le Nouvel An eut lieu dans le jardin d'Olivos avec plusieurs dizaines de personnes. Un point révélateur est que la question du coût de ces fêtes et de qui payait n'a pas été soulevée, contrairement à ce qui s'est passé chez nous avec les homards de l'inénarrable De Rugy.

Ces événements seraient anecdotiques dans un contexte socio-économique moins difficile (50% d'inflation annuelle, 50% de taux de pauvreté, plus de 100 000 morts du Covid) mais ils confirment ce que la propension de Fernandez à dire des sottises (et recycler des inepties du genre "les Brésiliens descendent des arbres, les Argentins descendent du bateau") laissait pressentir depuis un certain temps, en plus de tout ce que l'on savait déjà:

- les dirigeants péronistes sont tout aussi stupides, frivoles et profiteurs que leurs opposants;

- Fernandez lui-même est un type médiocre et sans charisme (jusqu'à son élection, il vivait, comme un vulgaire Chirac autrefois hébergé par Hariri, dans un appartement prêté par un ami du quartier pour nouveaux riches de Puerto Madero) et la voix de curé qu'il prend pour faire ses discours n'est pas du genre à déchaîner l'enthousiasme;

- la compagne du Président, qui avait déjà suscité des critiques en se faisant accompagner par ses coiffeuse, maquilleuse et conseillère en communication personnelles, lors des voyages présidentiels auxquelles elle participait (sand doute pour faire un peu de shopping) confirme qu'elle est un redoutable boulet.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.