TCEC20: La finale est en cours

Comme prévu, Stockfish et LCZero s'affrontent à nouveau

Le championnat de première division s'est arrêté à la 56ème partie (sur un maximum prévu de 60), car les deux finalistes avaient pris tellement d'avance sur leurs poursuivants qu'ils ne pouvaient plus être rejoints. Ce sont donc une nouvelle fois Stockfish (en version NNUE) et LCZero qui s'affrontent. Les deux programmes ont remporté tous deux 38 points sur 56 et LCZero remporte le championnat au départage (Sonneborg-Berger.)

Après 25 parties dans leur match au sommet, ils sont toujours à égalité avec une seule victoire de chaque côté.
Le seul élément distrayant de ces parties ultra-serrées est de voir comment divergent les évaluations des autres programmes qui "suivent" les parties des deux finalistes (on désigne par le mot yiddish de "kibbitzer" ceux qui se contentent de suivre les parties des autres, en faisant parfois des commentaires pouvant déconcentrer les joueurs; le grand champion argentin Miguel Najdorf était connu pour être un kibbitzer particulièrement exaspérant).

Ainsi lors de la 25ème partie, dans une finale de Fous de couleurs opposées clairement nulle (le pion de plus des Blancs ne vaut rien, puisque le Fou adverse contrôle sa case de promotion) les deux champions affichent des évaluations raisonnables:

partie25-finale

Pourtant les cyber-kibbitzers KomodoDragon (qui avait pourtant terminé à la 4ème place du tournoi de sélection juste derrière AllieStein, qui avait quant à elle réussi dans la 32ème partie à seulement annuler sa partie contre Stockfish dans une position gagnante, alors que tous les autres programmes, y compris son adversaire du moment, avaient "vu" la suite gagnante) estime qu'ici les Blancs sont gagnants, alors que sa commère en kibbitzerie (une version blitz de LCZero) donne au contraire un avantage décisif aux Noirs, sans doute par solidarité avec sa grande soeur:

partie-25-tcec20

 

Conclusion: les évaluations des programmes souvent varient, bien fol est qui s'y fie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.