Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1324 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juin 2018

Dépénalisation de l'avortement en Argentine: le combat continue

Le projet de loi voté par les députés doit être traité au Sénat la semaine prochaine

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après être passé de justesse à la Chambre des Députés (grâce au retournement de dernière minute de deux députés de La Pampa par le gouverneur Verna qui a quelques comptes à régler avec le gouvernement et qui a sauté sur l'occasion pour montrer qu'il gardait un certain poids politique), le projet de loi dépénalisant l'avortement va maintenant arriver au Sénat.

Les mobilisations populaires massives organisées depuis plusieurs mois par un mouvement féministe de plus en plus puissant (y compris pendant la longue nuit du débat parlementaire où des centaines de milliers de jeunes et moins jeunes ont manifesté avec enthousiasme et détermination autour de la Place de Mai) ont eu raison du conservatisme patriarcal de beaucoup de députés ainsi que de la campagne hystérique des "antis", dont le noyau dur est constitué par l'aile catho-réac du parti présidentiel PRO, représentée par Esteban Bullrich, et la Coalition auto-proclamée Civique d'Elisa Carrio, dont les accusations délirantes et excès de langage récurrents indisposent de plus en plus ses alliés.
Le pape Bergoglio (qui ferait mieux de s'occuper de ses curés pédophiles) a encore récemment qualifié l'avortement de "nazisme en gants blancs", mais dans l'Argentine du 21ème siècle, l'influence des cléricaux est en forte régression.

L'UCR et les péronistes se sont montrés partagés, surtout sur une base géographique manifestant la coupure en deux de l'Argentine entre une région métropolitaine où la loi a obtenu une large majorité et les provinces du nord-ouest et du centre soumises à la double emprise du cléricalisme et du caudillisme, alors même que ces provinces souffrent d'un taux d'avortements clandestins particulièrement élevé: une gynécologue de Catamarca décrivait récemment les situations catastrophiques auxquelles elle est confrontée du fait de femmes arrivant aux urgences après des avortements clandestins conduits dans des conditions d'hygiène déplorables.

Compte tenu du nouveau rapport de force établi dans le pays, le chef du bloc péroniste de droite au Sénat, le sénateur Pichetto, a laissé entendre que son groupe permettrait l'adoption de la loi.

Quant au président Macri, qui, sentant probablement l'évolution de l'opinion, a eu le flair politique de permettre que le débat ait lieu, il s'est cependant bien gardé d'y prendre part, ce qu'il pouvait faire de mieux compte tenu des divisions internes de Cambiemos sur le sujet. Mais la dépénalisation de l'avortement ne va pas améliorer ses relations avec Bergoglio et le haut clergé local.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau