Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1484 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2022

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ryléiev le Décembriste

Kondratii Ryleïev (1890-1826) était un jeune officier révolutionnaire contemporain de Pouchkine. André Markovicz a inclus quelques uns de ses poèmes dans son ouvrage Le Soleil d'Alexandre, mais pas celui que vous lirez ci-après, où Ryléïev proclame en 1824 sa haine de l'autocratie.

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kondratii Ryleïev (1890-1826) était un jeune officier révolutionnaire contemporain de Pouchkine. André Markovicz a inclus quelques uns de ses poèmes dans son ouvrage Le Soleil d'Alexandre, mais pas celui que vous lirez ci-après, où Ryléïev proclame en 1824 sa haine de l'autocratie.
Ryléïev participa au complot des Décembristes et après l'échec de la tentative de coup d'Etat, il fut un des cinq jeunes officiers condamnés à la pendaison et exécutés en juillet 1826 à Saint-Pétersbourg où une stèle commémore aujourd'hui leur mémoire. On espère qu'un jour une stèle analogue saluera la mémoire des opposants assassinés par Poutine et ses sbires.

Гражданин

Я ль буду в роковое время
Позорить гражданина сан
И подражать тебе, изнеженное племя
Переродившихся славян?
Нет, неспособен я в объятьях сладострастья,
В постыдной праздности влачить свой век младой
И изнывать кипящею душой
Под тяжким игом самовластья.
Пусть юноши, своей не разгадав судьбы,
Постигнуть не хотят предназначенье века
И не готовятся для будущей борьбы
За угнетенную свободу человека.
Пусть с хладною душой бросают хладный взор
На бедствия своей отчизны,
И не читают в них грядущий свой позор
И справедливые потомков укоризны.
Они раскаются, когда народ, восстав,
Застанет их в объятьях праздной неги
И, в бурном мятеже ища свободных прав,
В них не найдет ни Брута, ни Риеги.
1824 г.

Citoyen

Laisserai-je au moment fatidique
Déshonorer du citoyen la dignité
et t'imiter, tribu sybaritique
des Slaves dégénérés ?
Non, je ne puis dans les bras de la volupté
Dans une honteuse oisiveté
Laisser que soit ma jeunesse alanguie
Ni que souffre mon âme enfiévrée
Sous le joug pesant de l'autocratie.
Les jeunes qui ne savent lire leurs destins
Refusent de comprendre où le siècle les mène
Ne se préparent pas aux combats de demain
Contre l'oppression de la liberté humaine.
Avec l'âme froide ils jettent un froid regard
Sur les calamités que leur patrie ressent
Et ne lisent leur honte en eux qui se prépare,
Et les justes reproches de leur descendants.
Ils se repentiront quand le peuple insurgé
S'en viendra les tirer de leur paresse obtuse
Et sa violente quête de juste liberté
Ne trouvera en eux ni Riego ni Brutus.

Note sur le texte et la traduction:

Les vers de Ryléïev sont ici de longueurs variables et d'un rythme un peu bancal (Pouchkine reprochait à Ryleïev les imperfections de sa versification et peut-être aussi l'expression trop franche de son hostilité au régime...) mais lorsque l'auteur évoque  la pusillanimité de ses jeunes contemporains, sa rhétorique gagne en force et ses vers en stabilité.
J'ai essayé de restituer ce changement d'allure en passant à l'alexandrin pour traduire sa critique un peu grandiloquente de l'aveuglement de la majorité de sa propre caste sociale (cette petite noblesse promise à la carrière des armes dont la plupart des autres poètes contemporains de Pouchkine faisaient partie).
Mais le destin tragique de l'auteur et de ses compagnons de Décembre 1825 démontre que son indignation n'était pas que rhétorique et la situation présente de la Russie nous invite à méditer sur la persistance là-bas de l'autocratie la plus brutale.

Est révélatrice la double allusion finale à Brutus, meurtrier de César (n'oublions pas que le titre de "tsar" vient de "César"...) et à Riego (1784-1823), général espagnol héros de la guerre contre Napoléon mais ayant adopté les idées libérales. Riego ayant participé à un complot pour renverser le régime absolutiste de Ferdinand VII fut pendu pour cela l'année précédant la composition de ce poème, ce qui ne peut manquer de nous paraître prémonitoire du destin de Ryléïev.

La mise en alexandrins m'a conduit à quelques distorsions et étoffements qui ne trahissent cependant pas l'esprit ni le ton d'ensemble du texte. Par exemple:

Sur les calamités que leur patrie ressent: au lieu de "les calamités de leur patrie".

où le siècle les mène: au lieu de "la direction du siècle".

paresse obtuse: au lieu de "béatitude oisive".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste