Premières leçons du scrutin législatif canadien

La Droite qui gagne et la Gauche qui perd

La Droite conservatrice fait de la résistance sur le thème des valeurs: les Conservateurs de Harper progressent et leur discours traditionnaliste centré sur les valeurs (travail, famille etc.) a limité la percée électorale du parti d'extrême-droite, comme l'avait fait Sarkozy en 2007.

Le centre-droit à la Macron (néo-libéralisme en économie et "progressisme" à bon compte sur le sociétal) a encore de l'avenir: les libéraux de Justin Trudeau conservent la première minorité au Parlement, malgré leurs pertes.

La mise en exergue des minorités ethno-religieuses est, comme partout ailleurs, une recette perdante pour la Gauche: en choisissant comme tête de gondole un enturbanné sikh (qui s'est par ailleurs montré à son avantage dans les débats d'avant-élection), le NDP a réussi à diviser par presque deux  le nombre de ses députés, malgré l'affaiblissement des libéraux.

L'appel au vote utile de Trudeau a bien fonctionné au détriment du NDP, mais en ces temps de multiplication des revendications culturelles identitaires, il n'a pas empêché la résurgence du Bloc Québécois.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.