Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1441 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2022

Russie-Ukraine: une guerre, deux illusions

La guerre risque de durer encore longtemps.

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aux racines de cette guerre et de sa prolongation probable on trouve à la fois des illusions russes et des illusions ukrainiennes.

L'illusion grand-russe qui décida Poutine à entrer en guerre fut de croire que l'Ukraine tomberait comme un fruit mûr en quelques jours ou quelques semaines, que ses minorités russophones et auparavant russophiles serviraient de point d'appui à la prise de contrôle de l'essentiel du pays par la Russie et que l'Occident accepterait le fait accompli comme il avait fini par admettre sans l'avouer l'annexion de la Crimée. Pourtant, l'échec des attaques lancées en 2014 sur Karkhiv/Karkhov par les pro-russes ukrainiens du Donbass (le principal oligarque local ayant alors financé la résistance pro-Kiev/Kyiv) aurait dû servir d'avertissement aux partisans de la "Grande Russie".

L'illusion du gouvernement ukrainien fut de croire qu'il pourrait, fort de son rapprochement politique et économique avec l'Europe et les USA, refuser d'appliquer les accords de Minsk sans encourir tôt ou tard une violente réaction de la part de l'autocratie impériale.

Si le plan initial d'un triomphal blitzkrieg russe a échoué, la Russie a néanmoins réussi à conquérir de nouveaux morceaux du territoire ukrainien et au vu des récentes attaques sur Nikolayiv, Severodonietsk et autres lieux, on peut penser que Poutine et ses hommes n'ont pas renoncé à conquérir la majorité de l'Ukraine "utile". Idéalement, à défaut de prendre Kiev, on peut estimer que le pouvoir russe n'a pas renoncé à prendre Odessa et Kharkov, deux grandes villes qui pèsent lourd dans l'imaginaire nationaliste russe, toutes tendances confondues: Odessa fut créée par Catherine II et fut lun haut lieu des mutineries révolutionnaires des marins de la Mer Noire et Kharkov fut le lieu de la deuxième plus grande bataille de chars de la Grande Guerre Patriotique (la première ayant été celle de Koursk).

D'autre part, pour sécuriser définitivement le Donbass et la Crimée du point de vue de l'occopant russe, il faut créer un glacis protecteur tout autour (d'où le projet d'annexer aussi l'oblast de Kherson et de maintenir la pression militaire au sud en direction d'Odessa) et donc aussi aller occuper à l'ouest du Donbass une bande de terrain d'au moins 30 à 40 km de large pour y lancer une politique de pacification/russification à l'abri de l'artillerie ukrainienne.

Idéalement, la Russie souhaiterait sans doute occuper tout l'Est de l'Ukraine jusqu'au Dniepr et couper également la partie occidentale de l'Ukraine de tout accès à la Mer Noire. Poursuivre cet objectif consiste à poursuivre la même politique de Gribouille entamée avec l'annexion de fait des territoires ukrainiens les plus favorables à une relation forte avec la Russie, ce qui n'a finalement servi qu'à accélérer l'intégration politique et économique de la "Petite-Russie" à l'Europe Occidentale. Et dans l'état actuel de ses moyens militaires, Poutine devra probablement se contenter de consolider tant bien que mal l'emprise russe sur les trois oblasts du Sud et de l'Est (Lougansk, Donietsk, Kherson) et d'y poursuivre sa politique de russification de tous ces territoires périphériques de l'Ukraine.

Symétriquement, Zelensky rêve à voix haute de reconquérir tous les territoires perdus depuis 2014, mais il n'en a pas les moyens, quels que soit le niveau de l'assistance militaire fournie par les Occidentaux. Même si son armée est parvenue à repousser l'assaut sur Karkhiv, partout ailleurs dans le Donbass les troupes russes ont continué de progresser lentement mais continûment.Ses rodomontades médiatiques ne trompent que ceux qui sont prédisposés à se laisser intoxiquer par la propagande de guerre.

L'incompatibilité de ces deux illusions laisser prévoir une guerre longue: je serais surpris que cette horrible guerre se termine cette année.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux