La lutte pour le droit à l'avortement en Argentine

Un fait divers sordide qui démontre une fois de plus les méfaits de la collusion entre cléricalisme, péronisme et macrisme.

Dans la province de Salta, une fillette de 10 ans violée par son parrâtre est tombée enceinte. Sa mère s'en est rendue compte lors d'une visite à l'hôpital car l'enfant se plaignait de maux de ventre, ce qui a permis de découvrir ce qui s'était passé.

La justice locale lui a dénié le droit d'avorter car le gouverneur péroniste Urtubey a imposé une clause restrictive supplémentaire (et illégale, car en cas de viol la loi fédérale autorise l'avortement dans un délai de 12 semaines) d'un délai maximal de 10 semaines pour autoriser un avortement.

Urtubey est aussi et surtout un des représentants parmi les plus en vue du péronisme traditionnel: clérical, patriarcal, conservateur... et évidemment Macri-compatible.

PS: violemment critiqué par l'opinion publique, l'opportuniste Urtubey vient aujourd'hui de réagir en révoquant le décret provincial mis en cause dans cette affaire. Le combat se poursuivra au Parlement dans les semaines qui viennent.

poubelle

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.