Piraterie aérienne d'Etat

Le récent atterrissage forcé d'un avion de Ryanair à Minsk nous rappelle une autre affaire de détournement.

En octobre 1956, Lacoste & Lejeune, les Dupond-Dupont SFIO de l'Algérie Française, ordonnèrent (à l'insu de Guy Mollet qui voulait à l'époque démarrer des négociations avec le FLN) à la chasse française d'intercepter au-dessus de la méditerranée et de forcer à atterrir en Algérie un avion de Royal Air Maroc transportant 5 dirigeants politiques du FLN se rendant de Rabat à Tunis. Parmi eux figurait Ben Bella qui deviendra 6 ans plus tard le premier président de l'Algérie indépendante. Les 5 Algériens furent déportés en France et emprisonnés.

L'avion en question étant immatriculé en France, le gouvernement de l'époque tenta de faire accroire à une affaire purement franco-française, mais cet acte de piraterie d'Etat suscita de violentes émeutes anti-françaises au Maroc (60 morts) et contribua à renforcer le soutien international aux indépendantistes algériens tout en interrompant brutalement les premières négociations secrètes avec le FLN qui avaient démarré à Rome.

En France, le seul homme politique qui eut alors le courage et l'honnêteté de démissionner du gouvernement fut Alain Savary.

Bref, ce fut un désastre géopolitique à mettre au débit de ce tandem de sinistres crétins, dont un lointain successeur mitterrandiste, lui aussi flatté de servir de marionnette à des galonnés "ultras" tout aussi stupides que lui, fut le désastreux Charles Hernu qui nous valut près de trente ans plus tard l'affaire du Rainbow Warrior.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.