Mediapart et la publicité

Dans son papier consacré au succès économique de Mediapart, E. Plenel se vante à bon droit de ne pas accueillir de publicité sur Mediapart mais reste d'une pudeur de gazelle quant aux outils de traçage existant sur son serveur de blogues.

(Je regroupe ci-dessous sous forme de billet de blogue mes deux commentaires au récent papier d'Edwy Plenel consacré au succès économique de Mediapart)

L'absence de publicité visible sur Médiapart est certainement un atout, comme dans le cas du Canard Enchaîné et un moyen radical d'éviter de subir des pressions financières de la part de gros annonceurs, pressions qui sont monnaie courante (c'est le cas de le dire...) dans la presse magazine traditionnelle.
Mais (car il y a toujours un "mais") le fait que Mediapart n'affiche aucune publicité visible ne signifie pas que ses abonnés soient à l'abri, car le site de Médiapart est muni de divers mouchards informatiques à visées statistiques et publicitaires (mon filtre Ghostery indique ATInternet, CedexisRadar, AppNexus et DoubleClick). Autrement dit, ces fichues publicités auxquelles le brave abonné avait cru échapper lui reviendront dans sa messagerie par le biais de ces outils de pistage et de ciblage. On peut également s'interroger sur la présence du Google TagManager:
Mediapart ne pourrait-il s'abstenir de nourrir l'hydre Google ?

Comment vous prémunir contre ces logiciels sournoisement intrusifs ?

Il faut (et il suffit) que vous mettiez en place un filtre interdisant le traçage (j'utilise le logiciel gratuit Ghostery mais il y en a d'autres, tout aussi gratuits). Je recommande également l'usage de moteurs de recherche "non-fliquants" tels que Qwant ou DuckDuckGo (à la place de Google natif) et/ou de vous équiper d'un anti-virus offrant des options de recherche sécurisée (c'est en particulier utile si vous téléchargez des logiciels exotiques ou si vous explorez des sites de téléachat que vous ne connaissez pas).

J'ai observé récemment que Mediapart a discrètement modifié sa politique de traçage en un sens moins invasif: au mois de mai, j'ai changé d'ordinateur et lorsque j'ai remis en place l'ensemble de mes outils anti-traçage, j'ai constaté que Mediapart ne me permettait plus de me connecter. Par tâtonnement, j'ai constaté qu'il me fallait au minimum autoriser le traçage par ATInternet pour y parvenir. J'ai ultérieurement rétabli le blocage de tous les mouchards et je peux désormais me connecter sans problème.

PS: tout ce qui précède est utile mais ne vous protège pas contre les moyens de traçage interne mis en place par votre propre fournisseur d'accès (pour ses propres activités de marketing ou à la demande des autorités). Si vous souhaitez que vos explorations de la Toile échappent à tout traçage autre que par la NSA il vous faudra passer par le système ToR, acronyme de "The Onion Router", un outil développé par un laboratoire de la marine américaine (prétendument au service des dissidents du monde entier) qui permet de masquer votre adresse et de rerouter aléatoirement les échanges à travers plusieurs routeurs Internet disséminés dans de nombreux pays. Ce moyen d'accès au "Dark Net" est surtout utilisé aujourd'hui par les terroristes et les trafiquants en tout genre (drogues, traite sexuelle, progiciels et données numériques piratées, armes...) et je n'ai pas jugé utile de m'en équiper...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.