Néologismes espagnols du ou de la Covid

L'Académie Royale Espagnole se montre plus réactive et moins prescriptive que son homologue française.

La version 23.4 du dictionnaire numérique de la langue espagnole introduit 2557 nouveaux mots parmi lesquels: coronavirus, COVID, cuarentenar, desconfinamiento... bref toute une brochette de néologismes qui ont surgi au cours de l'épidémie de COVID-19.

L'académie espagnole ne se prononce pas sur le genre grammatical de COVID et laisse sagement (et démocratiquement) les hispanophones en décider par l'usage, contrairement à notre valétudinaire Académie Française qui a cru bon d'absurdement prescrire l'usage du féminin, ce qui fut contesté par de nombreux linguistes professionnels ou amateurs dont votre serviteur.

Ma perception à la lecture de la presse de langue espagnole est qu'à l'heure actuelle le masculin l'emporte quasi-systématiquement (sans doute du fait que virus est du genre masculin, illustrant un fréquent phénomène d'attraction par proximité).

La seule critique que l'on pourrait faire à l'honorable académie (qui compte en ses rangs trois des plus grands écrivains vivants de langue espagnole, à savoir Mario Vargas-Llosa, Antonio Muñoz-Molina et Javier Marías) est la décision d'écrire COVID tout en majuscules, alors que ce n'est pas un acronyme mais une abréviation de l'expression anglaise "Coronavirus Disease", contrairement à SARS qui est bien l'acronyme de "Severe Acute Respiratory Syndrome" et la nuisible bestiole coupable de la maladie a d'ailleurs été officiellement baptisée SARS-CoV-2 dans la littérature scientifique.

En toute rigueur, ce devrait donc être CoviD ou CoViD, mais comme la forme "COVID-19" pour qualifier l'épidémie en cours s'est rapidement imposée partout (y compris sur les étiquettes des flacons de vaccins en cours de fabrication ici ou là), la décision de l'Académie paraît de bon sens.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.