TCEC 20: Dites 33

Aux deux tiers de la finale, les deux programmes sont à égalité

33 partout ! C'est le score avant d'entamer le dernier tiers de la finale en 100 parties, avec 5 victoires de chaque côté (toutes avec les Blancs, dans les 5ème, 33ème, 49ème, 59ème et 65ème pour Stockfish et dans les 6ème, 52ème, 56ème, 62ème et 66ème pour LCZero) et donc 56 parties nulles dont beaucoup furent cependant des batailles très tendues.

Il est à noter que toutes les victoires aient à ce stade été remportées avec des ouvertures fermées ou semi-fermées (ouverture du pion Dame, gambit Dame refusé, Est-indiennes, Ouest-Indiennes...) et que l'on ait très peu de doublets de victoires (à part la Nimzo-indienne des 5ème et 6ème parties et la très irrégulière ouverture Owen des 65ème et 66ème). De tels doublets, moins fréquents que dans les championnats précédents, indiquent généralement des victoires "faciles" découlant directement du choix d'ouverture (rappelons que les ouvertures sont imposées et doivent être jouées une fois avec les Blancs et une fois avec les Noirs).

Les organisateurs disent avoir choisi des ouvertures particulièrement complexes en termes de coups plausibles et effectivement, le simple pousseur de bois que je suis se trouve souvent désorienté par certaines manoeuvres et répétitions de coups effectuées par les programmes, davantage que dans les parties entre forts joueurs humains.

Cela pourrait s'animer un peu dans la dernière partie du match qui devrait contenir davantage d'ouverture très tactiques et de parties asymétriques dans la distribution du matériel (avec par exemple des échanges quasi-forcés du genre Tour+pion contre deux pièces mineures).

Pour l'instant, force est de constater que les deux programmes sont de force égale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.