Le désastreux entêtement de la juge Bader-Ginzburg

Le décès prévisible de Bader-Ginzburg joue en faveur de Trump et de la mise en place d'une majorité automatique ultra-conservatrice à la Cour Suprême américaine.

Le tombereau d'éloges déversés autour du cercueil de RBG, comme l'appellent ses fans, masque aux yeux du public de Gauche ce qui fut une erreur majeure de sa part: alors que sa santé était mauvaise depuis des années avec des cancers à répétition depuis plus de 20 ans (cancer du colôn en 1999, premier cancer du pancréas en 2009, pose d'un stent aortique en 2014, cancer du poumon en 2018, pour finir par un retour fatal de son cancer du pancréas en 2019), elle s'est obstinée à conserver son poste. Si elle avait eu la lucidité de démissionner il y a déjà 10 ans, c'est Obama qui aurait pu nommer sa remplaçante au lieu que ce soit Trump...

En se croyant irremplaçable, RBG a considérablement nui aux causes progressistes qu'elle prétendait défendre. Dans le même genre de comportement myopement égocentrique aux conséquences désastreuses, c'est l'obstination de Taubira à se présenter à la présidentielle de 2002, alors que, contrairement à d'autres candidats de Gauche comme Besancenot, Chevènement, Hue ou Laguiller, elle n'avait aucune divergence politique majeure avec Jospin, qui a permis à Le Pen d'atteindre le second tour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.