Valétudinaires de tous les pays, confinez-vous !

Un confinement segmenté représente le meilleur compromis possible face à la recrudescence de l'épidémie

Le redémarrage de l'épidémie en France est dû à plusieurs facteurs: en premier lieu l'inefficience de la politique de test et d'isolement, et l'absence en phase initiale de l'épidémie de mesures administratives efficaces de traçage des contacts et de confinement strict des personnes détectées contaminées (à Taïwan, un total de 250 000 personnes contaminées ont été dès leur détection temporairement envoyées dans des hôtels réquisitionnés à cet effet et empêchées d'en sortir pendant les 2 semaines de leur séjour, une mesure d'exception sanitaire drastique qui n'empêche pas Taïwan d'être une démocratie plus authentique que notre Macronie libéralo-répressive).

En second lieu, on ne peut que constater l'indiscipline individuelle et collective de la population urbaine française: port du masque sous le menton ou sous le nez y compris par des personnes à risque de formes graves (vieillards, obèses...), et en particulier par les métiers de contact (livreurs, magasiniers de supermarché, gardiens d'immeubles, préposés à la distribution du courrier postal...) ; usage non obligatoire du gel hydro-alcoolique dans les super-marchés; réunions festives fortement alcoolisées de plusieurs dizaines voire centaines de personnes; réunions familiales transgénérationnelles sans précautions; absence de désinfection systématique des tables et des menus dans les restaurants entre deux groupes de clients; non respect des normes de séparation entre tables dans les cafés et restaurants; usage répétitif de masques manipulés sans précaution et non lavés régulièrement...  Bref, tout ce qu'il faut pour le virus se distribue allègrement un peu partout...

Au point où nous en sommes, la meilleure solution consisterait à imposer un confinement strict aux segments de population les plus susceptibles de venir embouteiller des hôpitaux déjà saturés. Les principaux facteurs de risque sont maintenant bien connus:
- âge > 65 ans et surtout >75 ans;
- surpoids (IMC>25) et surtout obésité, (IMC>30);
- diabète;
- hypertension;
- insuffisances cardiaques et/ou pulmonaires;
- immuno-dépression;

En Suède, les personnes de plus de 80 ans et celles atteintes d'obésité morbide (ayant un IMC>40) n'étaient même plus admises à l'hôpital car considérées comme n'ayant aucune chance de s'en sortir. De cette manière, les hôpitaux n'y ont jamais été menacés de saturation... mais à quel prix en termes humains...

Il faudrait plutôt, comme à Taïwan, isoler les malades symptomatiques dans des lieux dédiés (hôtels réquisitionnés) plutôt que de les renvoyer chez eux contaminer le reste de leur entourage, ce qui suppose aussi de mettre en place des mécanismes de prise en charge des enfants dont les parents seraient confinés. Tout cela coûterait cher, mais moins que l'inefficace politique de "stop and go" appliquée en France depuis 8 mois.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.