Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1441 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2022

Un sonnet militaro-patriotique d'Anton Delvig

Le romantisme russe, qu'il fût politiquement libéral avec Pouchkine ou conservateur avec Tiouttchev, célébra volontiers la grandeur de la Russie et sa volonté de puissance.

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le romantisme russe, qu'il fût politiquement libéral avec Pouchkine ou conservateur avec Tiouttchev, célébra volontiers la grandeur de la Russie et sa volonté de puissance.

Pouchkine et les autres poètes romantiques russes du début du 19ème siècle étaient issus de la noblesse (avec des origines allemandes et baltes dans le cas de Delvig) et devinrent cadets militaires puis officiers (Pouchkine, Baratynski...) ou diplomates (Tiouttchev) et la plupart furent de chauds partisans de l'impérialisme grand-russe, ayant été envoyés casser du Tatar en Crimée ou du Tchétchène et de l'Ossète dans le Caucase et applaudissant volontiers avec Pouchkine (à la notable exception de Lermontov) la répression brutale d'une révolte polonaise contre l'oppresseur russe.

D'ailleurs, un des premiers poèmes connus d'Anton Delvig célébra la prise de Paris en 1814.

En cette période de résurgence de l'impérialisme russe aux dépens de ses voisins, il m'a paru intéressant de traduire ce sonnet de Delvig exaltant l'alors toute neuve (et toute relative) puissance maritime de la Russie.

Сонет (Что вдали блеснуло и дымится)

Что вдали блеснуло и дымится?
Что за гром раздался по заливу?
Подо мной конь вздрогнул, поднял гриву,
Звонко ржет, грызет узду, бодрится.

Снова блеск… гром, грянув, долго длится,
Отданный прибрежному отзыву…
Зевс ли то, гремя, летит на ниву
И она, роскошная, роскошная, плодится?

Нет, то флот. Вот выплыли ветрилы,
Притекли громада за громадой;
Наш орел над русскою армадой

Распростал блистательные крилы
И гласит: «С кем испытать мне силы?
Кто дерзнет, и станет мне преградой?»

Qu'est-ce au loin qui brilla et fait de la fumée?
Au long du golfe, quoi fit sonner le tonnerre?
Mon cheval tressaillit, souleva sa crinière,
Il hennit fort, ronge son mors, il s'est calmé.

Encor l'éclair... tonnerre qui roule longtemps
Renvoyé en écho par le bord de la mer...
Zeus, le tonitruant, survole-t-il la terre
Et elle, magnifique, engendre des enfants ?

Non, c'est la flotte. Ici, des voiles sont hissées,
Elles sont déployées, amas après amas,
Notre aigle de Russie par dessus l'armada

Ses ailes magnifiques se sont étalées
Et il dit: "ma force contre qui l'éprouver?
Qui me fera obstacle, et me provoquera?"

Notes sur la traduction:

Comme d'habitude, j'ai traduit ce sonnet en alexandrins français, en respectant ici le schéma de distribution des rimes du poème original (des quatrains à rimes embrassées et des tercets rimés ABB AAB, un schéma inusité dans le sonnet français).

J'ai également respecté les variations de temps, comme le passage du passé au présent d'actualisation dans le premier quatrain et le sens futur des perfectifs du dernier vers.

Подо мной конь : littéralement "sous moi le cheval" que j'ai simplement rendu par "mon cheval" car le vers suivant suffit à faire comprendre que l'auteur/narrateur est monté sur le cheval en question.

грызет узду: plutôt que par l'expression toute faite "ronge son frein" qui a aussi en français un sens figuré, j'ai choisi "ronge son mors" pour conserver le sens propre sans la moindre ambiguïté.

Отданный прибрежному отзыву...: littéralement "donné par le renvoi côtier...": il s'agit ici de désigner le renvoi par le rivage de l'écho des coups de canon saluant le départ de la flotte.

Притекли: littéralement "se sont écoulées/ont afflué/se sont déroulées"; ici le contexte renvoie au déploiement des voiles.

громада за громадой: l'expression apporte une idée de succession; громада (littéralement "masse, poids, amas, tas") est aussi un écho sonore à гром (le tonnerre, l' orage), ce qui n'est pas reflété dans ma traduction.
Dans le contexte, les vaisseaux de guerre ne sont pas désignés autrement que collectivement ("la flotte"), mais l'idée ici est que chacun d'eux constitue un amas de voiles qui se déploient.

русскою армадой: "l'armada russe" j'ai fait glisser la référence à la Russie de l'armada vers l'aigle, "notre aigle" pouvant paraître trop elliptique en français (il s'agit évidemment de l'emblème impérial de l'aigle à deux têtes qui a été remis au goût du jour par la Russie post-soviétique).
L'histoire militaire russe est émaillée de désastres maritimes (prise de Sébastopol par les Anglais et les Français, guerre sino-japonaise, catastrophe du Koursk, jusqu'aux navires coulés récemment par les Ukrainiens) qui montrent que l'armada russe ne fut jamais invincible...

Распростал блистательные крилы: littéralement: "il a étalé ses magnifiques ailes"

"ma force": on a un pluriel dans le texte; en français on utilise plutôt le singulier en ce sens (mais on parle de "rassembler ses forces" ou "d'épuiser ses forces").

дерзнет: dénote à la fois l'insolence, l'audace et l'impertinence, c'est pourquoi j'ai choisi de le rendre par 'provoquer' (au sens de "provoquer quelqu'un en duel"). J'ai aussi inversé les deux parties du dernier vers.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire