Sous les statues, les socles

Les statues aujourd'hui contestées ne sont que la pointe émergée de l'iceberg colonial

Le socle de la statue de Galliéni installée place Vauban désigne les commanditaires de l'oeuvre:

 

20200628-101748

La souscription publique qui a financée ce monument fut donc organisée par la Ligue Maritime et Coloniale Française, organisation de masse (550 000 adhérents en 1930) du "Parti Colonial" résultant de la fusion après la première guerre mondiale de la Ligue Maritime et de la Ligue Coloniale.

Ce socle est surmonté de quatre caryatides représentant au féminin les peuples colonisés, dont une Africaine et une Annamite, toutes deux représentées avec des traits négroïdes:

negresse

negroide

La disposition de ces éléments met donc en scène, sous la statue de Galliéni présentée à la une de Médiapart, la triple domination homme/femme, blanc/pas blanc et colonisateur/colonisé. Autant que la statue elle-même, c'est le dispositif qui la supporte qui pose question.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.